Papandréou a quitté le PASOK pour fonder un parti-cul, désormais allié au PASOK, ainsi qu'au parti-cul euro-hystérique Potami, fondé par l'argent de Bruxelles, en état de mort cérébrale (et électorale), ainsi qu'à l'ex-aile droite de Syriza devenue la Gauche démocratique, le tout formant un puissant Mouvement pour le changement qui fera bien 7 à 8 % aux prochaines législatives... Juste devant, ou derrière les brutes néo-nazies.

Rien à voir avec Maurel, Lienemann (que j'aime bien... mais qui a quand même mis 20 ans à s'apercevoir que le canard n'avait pas de tête !) ou Hamon bien entendu !

Maurel, comment vous dire... Le soir des élections grecques de septembre 2015, sur France Culture, ce brave garçon m'a rétorqué : "Mais le PASOK, enfin, tout de même, il est de gauche !"

C'est vous dire où Maurel voit la gauche !!! Parce qu'il semblait sincère, en plus, le bougre...

Quand je vous dis et que je vous répète que la Grèce a été et continue à être notre laboratoire !

Pendant que se joue cette tragédie au PS dont dépend l'avenir du monde, le sultan d'Ankara a réouvert en grand la vanne à migrants vers la Grèce. Naturellement, aucun Daesh - que la Turquie a aidé, financé par le blanchiment des produits, dont le pétrole, exportés des territoires que Daesh contrôlait, auquel elle a livré des armes, dont elle a soigné les combattants, qu'elle a protégés des offensives kurdes et qu'elle utilise désormais comme supplétifs de son armée d'occupation en Syrie, contre ces mêmes Kurdes -, naturellement donc, aucun Daesh sur le retour ne peut se mêler à ce nouveau flux, organisé par le pouvoir islamiste turc, si cher à Kizyvienne et qu'il chouchoute dès qu'il peut.

Vous pensez bien que les Turcs l'empêcheraient !

Mai moi, hier soir, pour la première fois depuis le Bataclan, je suis entré sur le territoire français, à Roissy, sans le moindre contrôle d'identité.



Allô, le ministre de l'intérieur... Ah non, c'est vrai, on n'en a plus !

Dormez en paix, braves gens !