OD

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 9 avril 2021

La politique de la chaise absente

Ce serait une erreur de poser la question de l'épisode d'Ankara en terme de sexisme.

C'est un acte politique fort : Von des Machin et Michel, fils de Michel, venaient sous le prétexte fallacieux que la Turquie s'était engagée dans un processus d'apaisement. Ce qui est faux.

Par cette grossièreté, Erdogan n'affirme nullement un sexisme dont chacun sait, à moins d'être un crétin congénital, qu'il est consubstantiel à l'islam politique. Et déplacer la question vers le sexisme est évidemment, une fois de plus, l'expression d'une volonté de ne pas voir l'agressivité de l'islam politique et singulièrement de l'islamo-impérialisme turc.

Erdogan a, dans cette affaire, montré qu'il n'en a rien à faire des codes occidentaux, et que, face à lui, comme jadis face à Hitler, les Occidentaux avalent tous les affronts sans moufeter parce qu'ils sont lâches et veules. Voire, comme Libération ou Michel, sont prêts à les justifier.

Que Michel en ait rajouté à la grossièreté en ne cédant pas sa place est l'évidence. Mais la leçon de cet épisode pour Erdogan, c'est évidemment qu'il peut infliger n'importe quelle humiliation aux veules Européens sans que ceci entraîne la moindre conséquence.

jeudi 8 avril 2021

Von der Machin et Michel le lâche chez le sultan

Les femmes à la cuisine ! Pas de place assise pour Von der Machin chez le sultan...

Quand on se comporte en larbin, on est traité en larbin.

On a beau être Fridoline et faire les quatre volontés du Sa Hauteur, lui proposer du fric et des visas, ça ne vaut qu'un affront. Un de plus.

Er Michel, le Kollabo fier de l'être, pas même un reste d'honneur et de galanterie. Chamberlain à Berchtesgaden... Et le type baisse la tête comme pour lui baiser la main : la prochaine fois, il lui fait une pipe ?

Tout ce personnel, sans plus une once de respect pour rien, ni même pour soi, ne mérite décidément plus que le goudron, les plumes et les poubelles de l'histoire. Et je me retiens...

dimanche 13 décembre 2020

Frexit ! La pétition

Evidemment j'ai signé, et évidemment je vous appelle à signer et faire signer !

vendredi 11 décembre 2020

Acropole inondée et sommet européen...

Voilà déjà bien des années que je m'interroge (euphémisme) sur la frénésie - en Grèce, dans les "grands sites" qui drainent la masse des touristes - d'anastylose (reconstruction présumée à l'identique) à tout prix avec des matériaux dont la couleur, la patine, l'usure, sont évidemment très différentes des morceaux d'origine qui apparaissent désormais, de plus en plus souvent, noyés dans les morceaux "restitués".

Retournant une fois de plus l'an passé à Lindos, j'ai été attristé (euphémisme) par ces anastyloses que je considère abusives. Et j'ai été ravi de trouver, à Dion - site très important mais peu fréquenté -, des vestiges en l'état, dans une nature superbe, laissant toute place à l'imagination et à la flânerie.

J'ai en réalité bien peur que cette frénésie ne soit l'expression d'une volonté de transformer les sites archéologiques en disneylands archéologiques, le visiteur - comme le lecteur, le téléspectateur, etc. - étant considéré a priori faible d'esprit et donc incapable, en l'occurrence, d'imaginer ce qu'il ne voit pas, ce qu'on ne lui met pas sous le nez avec des pierres neuves... alors que ces anastyloses sont de toute façon menteuses puisque, si l'on veut restituer, il faudrait aussi peindre de couleurs vives ce que l'on restitue.

Sans compter que c'est un gaspillage d'argent qui pourrait être consacré aux fouilles nouvelles, à la muséographie vieillotte de certains musées... D'autant qu'à l'heure des restitutions en 3D, on pourrait imaginer de laisser les sites en l'état et de présenter, à côté, dans les musées attenants aux sites, des restitutions complètes... en en couleur !

A mes yeux, les travaux de l'Acropole qui ont lieu depuis des années et témoignent de cette frénésie, sont une catastrophe. Mais avec ces chemins de béton on atteint le comble de l'absurde lorsqu'on constate que, pour faire marcher plus de touristes sur ce lieu qui, de son histoire, n'a jamais connu d'inondation, on aboutit à ce résultat.

Le tourisme de masse, par ce qu'il suppose et engendre, est une catastrophe. Je ne veux pas me ranger du côté de ce vieux réac de Morand dont le Venises est aussi un pamphlet contre ce tourisme-là - dont il n'a connu que les prodromes !

Issu d'une famille modeste, de parents qui n'avaient pas eu la chance de faire des études (papa le certif, maman avait le brevet) mais qui étaient de grands curieux, forgé par les voyages qu'ils nous ont fait faire en Italie quand nous étions gamins, Brigitte et moi, par les visites de musées, de Pompéi et d'Herculanum, des tombes étrusques ou des temples de Paestum, je ne veux pas dire que l'accès de ces lieux devrait être réservé à une élite, de l'argent ou du savoir. Mais je pense qu'il conviendrait de commencer à réfléchir sérieusement à ce que le patrimoine de l'humanité ne soit pas vu SEULEMENT comme une machine à cash.

Sinon, à l'heure où Erdogan déclarait que l'Azerbaïdjan et la Turquie n'avaient pas fini de régler leur compte aux Arméniens, à l'heure où l'on sait qu'en plus des djihaddistes transformés en supplétifs de l'armée turque, Turcs et Azéris ont employé au Karabagh des armements prohibés - bombes au phosphore et bombes à sous-munitions -, que les prisonniers arméniens sont maltraités et torturés, où les provocations turques contre la Grèce et Chypre continuent... le Conseil européen vient une fois de plus de renvoyer les sanctions contre l'islamo-impérialisme turc aux... calendes grecques. Celles, individuelles, qui sont annoncées "pour les prochaines semaines" sont une pitrerie et une imposture européennes de plus.

Pas question pour la Führerin du Reich de remettre en cause ses 2,5 milliards d'excédents commerciaux ou de mécontenter ses électeurs turcs ! Pas question pour l'Espagne et l'Italie, principaux fournisseurs d'armes à l'islamo-impérialisme turc avec les Etats-Unis, de se priver de ce marcher... et peu importe que les armes qu'ils vendent soient dirigées contre deux Etats de l'Union ! Pas question pour l'Espagne d'exposer ses banques gavées de dette turque (juste un peu plus que les banques italiennes) et qui se trouveraient en fâcheuse posture si la Turquie faisait défaut... pas question pour le tyran Orban de remettre en cause ses excellentes relations avec le tyran Erdogan, ni de trahir la fidélité à l'organisation pantouraniste dans laquelle la Hongrie est observateur ! Pas question pour le petit Etat pirate maltais de renoncer au pourboire des Turcs riches qui y achètent à prix d'or des passeports européens de complaisance !

Tous ceux-là ont oublié que si l'on n'arrête pas un impérialiste, on l'encourage : l'Anschluss après la remilitarisation de la Rhénanie, les Sudètes après l'Anschluss, la Tchécoslovaquie après les Sudètes, Dantzig après la Tchécoslovaquie. Et après ?

Quant à ceux qui ne comprennent pas, désormais, ce qu'est l'UE, ça ne peut être que parce qu'ils ne veulent pas comprendre.

lundi 9 novembre 2020

Merkel, l'alliée d'Erdogan

Bon voilà, évidemment, il fallait bien que ça arrive : je suis heureux et fier que Front populaire m'ait demandé de contribuer !

Depuis longtemps, Onfray a été pour moi un compagnon de route. Des Cyniques au Désir d'être un volcan qui était dans ma valise lorsque, en 1997, je suis une première fois venu m'installer pour deux ans sur le volcan où je vis désormais. Même si parfois je suis en désaccord avec lui.

Et je soutiens, comme vous le savez, toutes les initiatives souverainistes, parce que pour sortir de l' ornière il nous faut apprendre à travailler ensemble, au-delà de nos visions différentes de l'avenir.

Merci donc à Front populaire et à Maxime Le Nagard de m'avoir demandé mon analyse sur la situation en Méditerranée orientale et et sur la véritable alliance entre la cheftaine du nouveau Reich et le sultan néo-ottoman.

samedi 31 octobre 2020

"Aucun Européen, aucun occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde"

Nice : 3 morts.

Lyon : un prêtre orthodoxe entre la vie et la mort après qu'on lui a tiré dessus.

Vienne; Decines près de Lyon, Dijon : les milices islamo-fascistes turques aux ordres d'Erdogan appellent dans les rues à finir le génocide de 1915... dont ils prétendent qu'il n'a pas existé ! Et les autorités françaises laissent faire ! Combien de temps ! Combien de temps va-t-on laisser ses hordes sauvages et haineuses agresser, appeler à tuer nos compatriotes d'origine arméniennes ? Quelle est la dignité des préfets qui laissent faire ça ?! Pourquoi ces gens ne sont pas arrêtés, placés en garde-à-vue ? soumis à des procédures d'expulsion en urgence ? Pourquoi des imams turcs ont-ils encore le loisir de prêcher sur lesol de la République que la Turquie conchie et menace ? Pourquoi les consulats turcs qui manipulent tout cela et endoctrinent les enfants à la haine ne sont-ils pas fermés ? Pourquoi le personnel de l'ambassade de Turquie n'est-il pas drastiquement réduit alors qu'il coordonne tout cela ???

Parce que l'Allemagne continue à protéger la Turquie de toute sanction ? Contre tout bon sens ? Parce que, une fois de plus, l'Allemagne crée ainsi les conditions d'une nouvelle guerre en Europe ?

Bon, ce matin est parue une lettre ouverte d'écrivains, dont je suis, évidemment signataire et qui appelle à une aide immédiate aux Arméniens. J'en suis heureux et fier, et je le répète une fois encore : le combat des Arméniens est le nôtre: la lâcheté occidentale devant l'islamo-impérialisme est la même que celle des démocraties face aux dictateurs des années 30 et elle aurait les mêmes conséquences si on n'y met un terme immédiatement, en Arménie, comme en Méditerranée orientale, comme sur le front intérieur.

Pourquoi le grand ménage n'a-t-il pas encore commencé ? Pourquoi tous les expulsables soupçonnés de radicalisme ne sont-ils pas déjà dans des charters ? Pourquoi les irréguliers ne sont-ils pas retournés à l'envoyeur ? Pourquoi ne discute-t-on pas encore à l'Assemblée d'une révision des procédures d'asile ? Pourquoi les ONG dealeuses d'irréguliers et de mineurs non accompagnés de 45 ans bénéficient-elles de l'indulgence coupable de magistrats indignes ? Pourquoi la déchéance de nationalité des binationaux qui passent leur vie à cracher sur la France, sur notre mode de vie, n'est-elle pas à l'ordre du jour ? Pourquoi n'a-t-on pas repris le contrôle de nos frontières et n'est-on pas sorti de Schengen, cet espace de libre circulation des armes et des terroristes ?

Maintenant ça suffit, les parlottes, les cierges, les padamalgames et les jérémiades ! Il faut des actes forts chez nous, des armes et un soutien diplomatique sans faille aux Arméniens, le Charles-de-Gaulle et son groupe aéronaval en Méditerranée orientale. Il faut des sanctions contre la Turquie, et sans l'Europe, si Merkel continue à protéger son despote islamiste préféré.

Et pourquoi la presse française fait-elle silence sur le discours d'Erdogan du 28 octobre dernier : « Si vous continuez, le monde entier suit ce qui se passe de très près. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde ». Va-t-on encore laisser ce fauteur de meurtres et de guerre avancer ses pions au Karabagh, en Libye, chez nous ???

mardi 27 octobre 2020

Humeur un rien volcanique...

La France finance l'UE ; l'UE finance la Turquie ; la Turquie boycotte la France ; l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Hongrie et Malte bloquent toujours toute sanction de l'UE contre la Turquie.

Cherchez l'erreur !

Pour les têtes de linotte et les idiots utiles en tout genre qui ne comprendront jamais rien à la politique internationale et aux rapports de force qu'elle suppose, et qui se réjouissent ou s'amusent des insultes adressées par le chef d'un État islamo-impérialiste au président de la République française.

1- Avant de se réjouir ou de s'amuser d'une insulte, on regarde par qui et pourquoi elle est proférée.

2- On peut être un ennemi politique total et résolu de l'actuel occupant de la fonction présidentielle en France, avoir des convictions diamétralement opposées aux siennes et les doutes les plus vifs sur sa capacité à occuper sa fonction, et reconnaître que dans certaines circonstances, quelles qu'en soient les raisons, il dit (et on espère qu'il va faire) ce qu'il convient de dire (et de faire).

3- Les têtes de linotte et les idiots utiles de tout acabit devraient essayer de faire fonctionner leurs quelques neurones encore connectés pour comprendre que les insultes adressées par le chef d'Etat islamo-impérialiste au président de la République française ne s'adressent pas à lui intuitu personae, mais qu'elles visent une fois de plus ce que la France représente de fondamentalement haï par l'islamo-impérialisme, tous les Français qui refusent de se coucher devant le défi qui nous est lancé par cette idéologie et de se vautrer dans la collaboration avec ceux qui, à l'intérieur comme à l'extérieur, veulent nous l'imposer.

Sion, moi personnellement, en ce qui me concerne, je condamne les décapitations pour sorcellerie, les exécutions pour homosexualité, les lapidations pour adultère, les flagellations des femmes violées et l'impunité de leurs violeurs, les tranchages de main pour vol, les mariages forcés de mineures et je commence à en avoir ras la casquette que des sectateurs d'une religion qui permet et justifie tout ça en 2020 viennent me donner des leçons sur quoi que ce soit.

J'appelle donc à la confiscation de tous les biens et participation dans nos entreprises, des potentats voleurs des États qui appellent aujourd'hui au boycott de mon pays parce qu'on ne peut pas encore y décapiter impunément un professeur qui fait son travail. J'appelle à l'expulsion de 90 % du personnel diplomatique turc en France et à fermeture de tous les consulats qui où s'enseigne la haine de ce que nous sommes, à l'expulsion immédiates de tous les imams turcs ou ayant une nationalité de pays qui nous boycottent. J'appelle a exiger des potentats voleurs qu'ils règlent ce qu'il auraient dû payer depuis 50 ans à l'Assistance publique. J'appelle les administrations françaises compétentes à un contrôle systématique et sévère de la régularité des papiers des personnels employés par les kebbabistes, à leur expulsion immédiate s'ils ne le sont pas, à l'inspection systématique et sévère des conditions de travail, d'hygiène et de sécurité dans lesquelles sont fourguées leurs merdes importées des abattoirs allemands.

Et de surcroît, je les emmerde, eux, leur obscurantisme et tous les collabos qui leur trouvent excuse et justification.

vendredi 17 juillet 2020

Sainte-Sophie, l'islamisme turc et l'UE qui regarde...

L'excellent site historique Hérodote.net m'a demandé mon analyse à propos de la décision d'Erdogan de reconfessionnaliser Sainte-Sophie.

Vous la trouverez ici !

Merci à André Larané de m'avoir permis de m'exprimer sur ce sujet ; merci à lui pour le très beau travail d'illustration de mon texte ; et merci également de l'avoir mis en accès libre !

Si cela peut vous encourager à vous abonner à cet excellent site, j'en serais heureux !

mardi 2 juin 2020

Deutschland über alles

A lire, un excellent texte sur la politique allemande en Méditerranée de l'ami Cyril Garcia qui tient l'excellent blog : "un Uber pour Tobrouk".

samedi 11 avril 2020

Sepuku, c'est pour qui ?

Conférence de presse télévisée du président du Conseil italien : manifestement, le garçon est un peu secoué par les réactions à l'intérieur du M5S (pilier de sa majorité) - et celles de la Ligue - et ne veut plus signer ce qu'il a accepté avant-hier !

«Au Conseil européen, je ne signerai rien tant que je n’aurai pas un ensemble de mesures adéquates pour relever le défi auquel nous sommes confrontés.» (Source : CNBC)

Il affirme que les eurobonds restent la solution privilégiée par l'Italie - solution dont ne veut à aucun prix le gouvernement bo..., de nos amis allemands ni celui de leur chevau-légers bataves. Parce que leurs opinions n'en veulent à aucun prix et que ces gouvernements se suicideraient politiquement en l'acceptant.

"Conte a déclaré - reprend CNBC - que la mise à disposition de prêts bon marché du fonds de sauvetage de la zone euro, comme convenu par les ministres des Finances, était un "outil totalement inadéquat" et que l'Italie n'avait pas l'intention de demander l'aide du fonds, connu sous le nom de Mécanisme européen de stabilité (MES).

Ben oui, mais tu l'as accepté, jeudi, Co(n)co(n) !

La réalité c'est que l'opinion italienne n'en veut à aucun prix et que le gouvernement qui l'accepterait se suiciderait politiquement.

Alors ? qui se fait sepuku ???

Reste la dernière solution: faire péter la zone euro et monétiser les dépenses supplémentaires et la dette - comme l'a décidé la Banque d'Angleterre.

vendredi 10 avril 2020

Une boîte de rustines à 500 milliards...

Bon, voilà, l'eurogroupe vous propose la boîte de rustines à 500 milliards... de prêts passés par une usine à gaz, avec Troïka à la clé. Mais pas tout de suite ! On va attendre un peu parce que sinon ça fâcherait.

Conte et Sanchez sont donc passés sous la table - le couillemolisme tsipriote comme modèle pour l'Europe du sud ! C'est vrai que ça a si bien marché qu'il n'y aucune raison de ne pas continuer.

Les Bataves et les Bo... nos amis allemands n'ont en réalité rien cédé, sinon en façade (la non-conditionnalité est limitée aux dépenses en soins de santé; pour le reste c'est Troïka au menu matin, midi et soir).

Bon, les Italiens ne sont pas encore totalement tsipriotisés : il paraît que ça rue dans les brancards au M5S. Mettez-vous à leur place : se faire élire antisystème pour finir sous la schlag boc... de nos amis allemands ! C'est un peu dur à avaler ! Mais Syriza y est bien parvenu !!!

La question est donc maintenant : combien de temps ça va faire illusion ?

Trois jours ? Trois semaines ? Trois mois ?

Parce que bien sûr rien n'est à la hauteur de la situation et continuer en les aggravant les politiques qui nous ont menés là ne fera que rendre encore plus difficile pour tout le monde l'éclatement du machin...

Pendant ce temps-là, au Royaume-Uni libéré de l'UE, et gouverné par des CONSRVAYEURS, pas par la gôôôôôôche, on a sacrifié la plus grosse vache sacrée du néolibéralisme : l’interdiction faite aux banques centrale de financer directement les États et donc la contrainte pour ceux-ci de financer leur déficit public en empruntant sur les Marchés, dont la main invisible ne se trompe jamais !

La banque d’Angleterre a en effet annoncé hier matin qu’elle financerait directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

Pas comme l'usine à gaz germano-batavo-européenne, par l'emprunt, non par la monétisation de la dette, c'est-à-dire par l'inflation, qui est indispensable pour reconstruire une économie et réduire le poids de la dette.

Comme d'hab et comme dirait Emmanuel Todd, les Anglo-Saxons qui sont avant tout pragmatiques, tournent les pages plus vite que nous : Thatcher et Reagan ont ouvert le livre du néolibéralisme libre-échangiste ; Trump et Johnson le referment.

Alors que nous allons continuer à crever de l'euro, sous la schlag de l'ordolibéralisme boc... de nos amis allemands.

mercredi 8 avril 2020

En attendant la rustine !

Alors comme ça, nos amis allemands, bien planqués derrière les Bataves, refusent toujours de concéder la rustine qui permettrait de faire croire que le machin construit autour de la CONCURRENCE s'est soudain converti à la solidarité.

Ce que semblent ne pas comprendre les européistes, c'est que le gouvernement néerlandais, faible, comme tous les gouvernements de coalition (vive la proportionnelle ! Comme en Israël: c'est tellement chouette !!!), ne peut pas concéder ce que son opinion condamne par avance et qui condamnerait probablement la coalition si le gouvernement le concède. Le socialiste Djesselmachinchose a déjà été, pour la même raison, le bourreau le plus zélé et impitoyable des Grecs...

Ce que semblent ne pas comprendre les européistes, c'est que la politique non conventionnelle de Draghi est déjà immensément impopulaire en Allemagne où elle a déclenché les foudres du puissant Bild. Ce qui n'est pas pour rien dans le fait que CDU-CSU et SPD qui, il y a peu, rassemblaient 80% des voix, seraient incapables d'en rassembler 50%.

Une chancelière en fin de vie et en état de mort cérébrale, qui a toujours tout décidé en fonction d'impératifs de politique intérieure, est-elle prête à un nouveau plongeon électoral de son parti et à une nouvelle poussée de l'AFD?

Alors oui, ils trouveront peut-être, à la dernière seconde, une rustine, demain, qui permettra au machin de durer 3 ou 6 mois de plus. Mais le machin est mort parce que plus personne n'y croit - sauf peut-être notre cabri qui saute sur sa chaise en criant l'Europe, l'Europe, l'Europe !

Les gouvernements italien et espagnol peuvent bien finir pas se coucher en prétendant avoir obtenu la rustine, les peuples, eux, j'en suis certain, sont en train de comprendre. Tchernobyl a fait comprendre à tous que les dirigeants soviétiques avaient perdu tout contrôle sur leur propre système.

Nous en sommes à ce point.

mardi 5 mars 2019

A un contre trois, hier soir, sur La Chaîne Parlementaire (LCP)

Hier soir, l'émission Droit de suite, sur LCP, diffusait un documentaire sur la genèse des traités de Rome (très légende dorée, évidemment, mais avec parfois quelques répliques qui permettaient de comprendre ce que fut, dès l'origine, la nature de la Chose), puis un débat où je me suis retrouvé seul hérétique face à trois desservants de la secte - Bourlanges, Toscano, Stark.

J'en suis ressorti assez content d'avoir réussi à énerver Bourlanges, et fier d'avoir pu dire quelques mots de la Grèce... D'avoir pu rester calme et souriant, aussi, ce qui a manifestement contribué à énerver ledit Bourlanges, furibard à la sortie du plateau. Furibard aussi parce qu'ils n'ont pas pu dérouler tranquillement leur propagande habituelle.

Il y avait bien sûr tant d'autres choses à dire, mais à un contre trois... j'ai fait ce que j'ai pu ! Et je dois rendre hommage au présentateur, Jean-Pierre Gratien : j'avais la crainte, avant, de n'être qu'un alibi de faux pluralisme (comme c'est si souvent le cas sur les étranges lucarnes), il m'ai laissé développer à plusisurs reprises un propos articulé, a rebondi plusieurs fois sur mes propos, m'a laissé le dernier mot sur l'euro. Bref, il a été parfaitement fair-play, comme dirait un Brexiteur !

Mais ce qui est le plus fascinant, dans cet exercice, ce fut de me faire mielleusement accuser par Toscano de complotisssse, parce que je parlais des archives du Département d'Etat américain ou des flots d'argent américain déversés sur les Saints Pères de l'Europe et les mouvements fédéralistes (ben oui c'est vrai, quoi, la CIA c'est une invention de complotisssse et chacun sait que les Etats-Unis n'emploient que des moyens limpides et honnêtes pour défendre leurs intérêts !)... sans parler de ce qu'il dit de son propre pays.

Enfin ma fierté est d'avoir pu caser trois mots sur le sort de la Grèce. Ce dont je me fais un devoir.

jeudi 21 février 2019

Et voilà la deuxième partie

De mon entretien avec Fabrizio pour le cercle des poètes disparus, sur la situation de la Grèce et l'indispensable dissolution du Machin européen.

mercredi 20 février 2019

L'Europe c'est la paix... des cimetières

Fabrizio Tribuzio-Bugatti a eu la mauvaise idée de m'interroger, pour le Cercle des patriotes disparus, sur l'Union européenne en général et sur l'état de la Grèce en particulier. Et comme je pense que le temps des politesses langagières est terminé, j'y suis allé franco ; et comme, pour mes étudiants retraités de Créteil, j'ai commencé l'année universitaire avec un cours intitulé "La Grèce va-t-elle mieux ?", j'avais sous le coude toute une série de chiffres assez parlants sur cette grande réussite de l'Europe de la paix et de la coopération, et qui serviront peut-être un jour à un chapitre supplémentaire du troisième tome de La Grèce et les Balkans du Ve siècle à nos jours je me suis dit que c'était l'occasion rêvée de faire un point d'étape dans l'interminable descente aux enfers de ce peuple et de ce pays qui me sont si chers.

Voici donc la première partie. C'est un peu long, bien sûr, mais vous savez que je ne sais pas faire court... et puis l'ampleur de la tragédie mérite bien d'aller un peu dans le détail !

La deuxième partie ne devrait pas tarder !