OD

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Humeur : Se réjouir quand elle sort, et s’étonner que le corps humain puisse en contenir de si grandes quantités. » Le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert est un pur chef-d’œuvre et l’on jouit à coup sûr dès qu’on le rouvre. Jamais déçu !
Or donc, mon corps (et mon esprit) contenant de si grandes quantités d’humeurs (généralement malignes), je me suis dit que crever de temps en temps les furoncles où elles s’accumulent me procurerait un ineffable soulagement – précieux à mon équilibre général et donc à mon travail. Mais qu’on ne s’attende pas à trouver ici des humeurs subtiles : nulle objectivité, nulle périodicité ; que de la mauvaise foi erratique, de la polémique jaculatoire.
Un modèle ? le Bloc-notes de Mauriac bien sûr, relevant le 14 novembre 1953, à propos du président du Conseil Joseph Laniel, qu’« il y a du lingot dans cet homme-là », ou le 22 novembre 1954 qu’« il existe une haine singulière, chez nous, contre la prééminence de l’esprit ».
De sa création au 6 mai 2012, ce blog a eu comme tête de Turc celui qui a tenu lieu de président, durant cinq ans, à une République qu'il a si souvent caricaturée, défigurée, ridiculisée. Si cette pénible parenthèse s'est refermée, rien n'a pour autant significativement changé parce que le changement d'équipe ne s'est traduit par aucun réel changement de politique, parce que la capitulation inaugurale devant la chancelière de fer du Monsieur Prudhomme qui a succédé à Caligula a vidé cette alternance du sens qu'elle aurait pu avoir, parce que, du fait de cette capitulation, ce qu'est devenu l'Europe au tournant des années 1980-1990 - une machine à imposer aux peuples européens la loi d'airain du néolibéralisme et du libre-échangisme qui met en concurrence des travailleurs protégés et des semi-esclaves - continue à vider la démocratie de sa substance et à réduire l'exercice de la souveraineté populaire - l'élection - à un concours d'élégance chargé de désigner celui qui conduira la seule politique possible, une Europe au nom de laquelle, depuis 2009, on martyrise ce peuple grec qui m'est si cher et qui m'a tant donné...

mardi 24 avril 2018

Question de posture

Je préviens charitablement le prochain qui parle de "posture gaullienne" pour la visite du p'tit chez les Yankees que je sors mon revolver.

D'abord il n'y a pas de posture gaullienne, il y a une politique qui répond à des principes.

Ensuite, qu'on pense ce qu'on veut de De Gaulle et de sa politique étrangère, celle-ci était précisément l'inverse, dans ses prémisses comme dans ses manifestations, de celle du p'tit. De Gaulle rompt en effet avec la doctrine diplomatique de la IVe République, qui est de nouveau celle des gouvernements français depuis Sarkozy jusqu'au p'tit : s'aligner sur les Etats-Unis afin de tenter de les influencer en montrant qu'on est un bon élève (c'est d'ailleurs le même précepte qui dirige notre politique européenne, avec l'Allemagne en place des Etats-Unis).

Pour de Gaulle, on n'influence jamais rien en s'alignant, on pèse en ayant une parole et des mains libres.

Ca s'appelle l'indépendance et c'est l'exact opposé de la diplomatie du p'tit.

vendredi 20 avril 2018

Le p'tit, la Cheffe et la sortie du "plan d'aide"

Une partie de la CDU/CSU veut la tête de la Cheffe qui a "trop lâché" au SPD et tremble que la moindre concession ne fasse encore grimper l'AFD... cette partie n'ira qu'en se renforçant avec le temps et les sondages favorables à l'AFD.

La Cheffe, esprit étroit qui n'a jamais pris de décision, depuis qu'elle est au pouvoir, en matière européenne comme en toute autre matière, qu'en fonction d'étroits intérêts de politique intérieure, ne lâchera donc rien au p'tit qui peut toujours se carrer ses projets de réforme de la zone euro... On pourrait presque aller jusqu'à l'en remercier !

D'autant que la "crise grecque" va sans doute faire un joyeux come-back durant l'été : contrairement au discours officiel rien n'a redémarré, l'effet-retard de la baisse de l'euro sous 1,10 dollar (qui, seule, a permis d'arrêter la dégradation en Grèce et s'est traduite par une molle reprise ailleurs) s'efface, en Grèce comme ailleurs ; la remontée autour de 1,23-1,25 va de nouveau étouffer les économies les plus faibles de la zone et replonger les autres dans une stagnation à la baisse. Quant à la sortie du "plan d'aide" européen (qui n'a jamais été un plan d'aide, sinon aux banques françaises et allemandes gavées de dette grecque), présentée jusqu'ici comme un triomphe annoncé, elle risque fort de se transformer, comme je le dis depuis des mois, en débâcle à côté de laquelle le Blitzkrieg de 1940 fera figure de guerre de position. Ce qui, apparemment, commence à se chuchoter dans les médias aux ordres et provoque la dénégation outrée de Moscovici... C'est dire si on est rassuré !!!

La Frankfurter Allgemeine, elle, a récemment publié un article au vitriol (on dirait raciste, s'il y avait juif, arabe ou noir, en place de grec) à l'égard des Grecs, comme au bon vieux temps des débuts de la "crise grecque", dont la "philosophie", pour faire court, est qu'il n'y a rien à faire avec ces gens-là, que rien ne change dans ce pays de m..., que plus on les aide et plus ils sont pareils. Bref, qu'il n'y a aucune chance d'en faire jamais de bons Allemands.

Dans ces conditions, le seul but de la Cheffe est de durer encore et encore et elle sait très bien que son attelage des perdants moribonds n'ira pas au bout du mandat. La Grosse Ko c'est les soins palliatifs : ne rien faire et attendre la mort en espérant qu'elle viendra le plus tard possible.

mardi 17 avril 2018

Je viole le droit, mais pour sauver l'honneur...

Si je viole le droit international en attaquant un pays souverain sans mandat de l'ONU ni déclaration de guerre (ce qui me permet de violer, au moins dans son esprit, la Constitution qui prévoit que la déclaration de guerre doit être autorisée par le Parlement), c'est pour défendre "l'honneur de la communauté internationale". En somme, si je viole les lois de la communauté internationale c'est pour défendre son honneur.

Il faut lui reconnaître une chose, au p'tit : il ne manque jamais d'air.

C'est en somme la justification du crime d'honneur : il a regardé ma soeur avec un oeil irrévérencieux, donc l'honneur me commandait de le tuer. Et l'honneur étant une catégorie juridique sur le contenu de laquelle, en matière de relations internationales, j'attends des précisions, à ce compte-là, n'importe quelle nation pourra, à l'avenir, justifier n'importe quelle agression dans à peu près n'importe quelle circonstance en prétendant, elle aussi, défendre l'honneur au mépris du droit...

A part ça, il croyait sans doute être acclamé en sauveur de "l'Europe", alors qu'il s'est pris quelques belles volées de bois vert (parions que nos chers médias aux ordres n'en lèveront pas la langue !).

Ne reconnaissant aucune légitimité à l'assemblée qui n'a aucun titre à porter le nom de Parlement européen - parce qu'elle n'a rien d'un Parlement et qu'il n'y a pas de peuple européen - je ne partage pas d'images venant de cet aréopage sans légitimité.

Mais c'est assez drôle tout de même.

Après le trompe-l'oeil de la réforme de la directive "travailleurs détachés" qui n'a rien réformé du tout et le gros Nein de la capitale du Reich aux projets de réforme de la zone euro et de l'UE du petit gouverneur de province, la campagne d'Europe du p'tit commence à prendre des airs de Bérézina.

Finalement, avec sa morgue, il n'est pas exclu qu'il soit l'étincelle qui fasse pour de bon sauter le bastringue européen. On peut toujours rêver !

samedi 14 avril 2018

Je frappe, tu frappes, nous frappons...

Donc ça y est ! Le p'tit a tiré son coup. Au prix du missile, ça fait tout de même cher le dépucelage.

La meilleure analyse de la chose, comme souvent quand il s'agit de la Russie, car il s'agit de la Russie - n'est-ce pas ? -, la Syrie et les armes chimiques à la Colin Powell présentant sa fiole de sucre en poudre au Conseil de sécurité de l'ONU, ne sont dans cette affaire qu'une très grosse ficelle, la meilleure analyse, disais-je, est celle de Jean-Robert Raviot, immédiatement suivi de Jacques Sapir. Voici donc ce que le premier écrivait ce matin sur Facebook :

"Je suis assez vieux pour avoir vécu en pleine conscience l'opération "Belgrade-1999" et l'opération "invasion de l'Irak-2003", toutes deux aussi illégales, d'ailleurs, que les frappes qui viennent d'être faites cette nuit sur Damas.



Ces dernières n'ont rien de comparable. Pour les Occidentaux, il s'agit juste, si vous me permettez, de "tirer sa crampe" et de se rassurer sur sa force. Et aussi, bien sûr, de tenter d'entraver la procédure de vérification, par les inspecteurs de l'ONU qui devaient arriver aujourd'hui, des fameux bombardements chimiques de Douma.

Sur 103 missiles tirés, nous dit le Mindef russe, plus de 90 ont été détruits ou détournés. Aucun des missiles visant l'aéroport de Damas n'a atteint son but. Au prix du missile, ça fait quand même cher la petite sortie... En gros, cette opération est un désastre. Mais chut!...

Au fond, cette petite sortie sonne comme un aveu d'impuissance de plus dans une guerre où les Occidentaux n'ont que la supériorité de la force alors que tout se joue par la ruse, l'intelligence des situations, la maîtrise de la bonne information, le sens du timing...

Les Occidentaux sont donc "en retard d'une guerre". Ils n'ont pas vraiment compris que leur supériorité militaire écrasante n'était plus que relative, à l'heure de la généralisation des conflictualités asymétriques. Pour les Américains, la "full spectrum dominance" est devenue impossible. Beaucoup l'ont déjà compris, mais, apparemment, pas ces imbéciles de néo-cons et leurs aficionados politiciens et autres experts de divers acabits, américains comme européens, et en particulier nos néo-cons à la française, totalement à la ramasse... Le naufrage stratégique total de la France se poursuit, bref, nihil novi sub sole..."

En réalité je crois qu'il n'y a pas grand-chose à rajouter. Il y a en effet, de manière récurrente dans l'histoire, des démonstrations de force (en l'occurrence essentiellement à usage des opinions de ceux qui roulent des mécaniques et dans l'espoir de regagner quelques points de popularité dans les sondages en jouant au chef de guerre) qui traduisent surtout la faiblesse intellectuelle et militaire des perdants et qui sont une expression d'impuissance.

Il serait bien sûr déterminant de savoir combien, réellement, parmi les missiles tirés ont été détruits. Des sources laissent entendre que sur la centaine de missiles balancés par les occidentaux, 70 à 90 auraient été abattus avant d'atteindre leurs cibles par la défense aérienne russe et sans qu'elle ait eu besoin d'employer ses armes les plus modernes. Il faut bien entendu être prudent, cette guerre est une guerre de propagande des deux côtés. Mais enfin cette démonstration de force occidentale n'est sans doute pas très loin du fiasco.

Ce que nous cachera évidemment le bourrage de crâne médiatique, le plus probable étant que les pseudo-journalistes et les pseudos experts n'évoqueront même pas la question, trop occupés qu'ils sont à tresser des couronnes de laurier à notre Cesarion de carnaval.

Il y a trois jours, j'écrivais : "Sacrée pub pour les S400 russes s'ils arrêtent tous les missiles que Trump et son roquet français crachent - s'ils les crachent. Cela dit je ne suis pas certain que Trump les crachera autrement que pour la forme (...) M'est avis en tout cas que, si les S400 ne laissent pas passer les Tomahawk, les usines russes vont devoir accélérer les cadences pour satisfaire la demande. Et que ça va serrer des fesses à l'OTAN..."

Si la défense anti-missiles russe de la Syrie a bien abattu 71 ou 90 de la centaine de missiles tirés, ce qui s'est passé cette nuit serait une vraie belle claque pour l'OTAN et une excellente nouvelle pour l'industrie de défense russe. La courbe des commandes des systèmes anti-missiles sera sans doute, dans les mois prochains, un indicateur sur ce qui s'est passé réellement, bien plus fiable que la parole aboyée en boucles depuis ce matin par tous les chiens du système.

Pour le reste, la question de l'usage par le gouvernement Assad d'armes chimiques dont l'Organisation pour l'interdiction des armées chimiques a été chargée de la destruction et a assuré qu'elles avaient été détruite à 100 %, reste entière. Ce qui est certain, c'est que le bombardement de cette nuit rend toute enquête sérieuse et impartiale impossible. Ce qui est non moins certain, c'est que les djihadistes de la Ghouta étaient les seuls à avoir intérêt à provoquer des frappes occidentales alors que le régime était de toute façon certain de reprendre à bref délai, le contrôle de la région en question et n'avait aucun intérêt à y faire usage de ces armes. Disposaient-ils de chlore ? Chacun sait que c'est parfaitement possible et que de précédentes attaques avec de telles armes ont déjà été opérées par ces groupes djihadistes qui n'ont jamais hésité à se servir de la population sous leur emprise, comme bouclier, pour couvrir leurs opérations. Enfin, si les Occidentaux ont bombardé des unités de production reconstituées par le régime, y a-t-il eu dissémination de produits toxiques dans les populations ? Ou alors comment ont-ils opéré pour faire en sorte qu'il n'y en ait pas ?

jeudi 12 avril 2018

Crash en mer Egée

Un Mirage 2000-5 grec s'est crashé aujourd'hui en Egée au retour d'une énième mission d'interception de chasseurs turcs violant l'espace aérien grec, et après avoir été baladé par les Turcs de Mytilène à Rhodes et retour...

Selon les informations disponibles, le pilote volait bas - en dessous de 6 000 pieds - en raison de la forte nébulosité de l'humidité qui régnait dans la région. Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune mention de dommages mécaniques. Il a apparemment fait un tour au-dessus de Mykonos, train sorti, peut-être pour tenter de se poser sur l'aéroport de l'île, puis est reparti et s'est crashé en mer au nord-est de Skyros, le pilote ne s'est pas, ou n'a pas pu s'éjecter. Apparemment, l'avion avec lequel il faisait équipe a failli connaître le même sort... se retrouvant "cloué à la mer", peut-être en raison d'un problème de radars donnant des informations erronées d'altitude dû à la météo...

Le pilote, Geogios Baltadoros, 34 ans, père de deux enfants, est mort.

L'étonnant c'est que ça n'arrive que maintenant !

Que dit l'UE ? la France ?

Comble de cynisme : ce soir, Erdogan présente ses condoléances à Tsipras !

Macron à la télé...

« Nous avons les preuves... »

Et à ce moment-là Jean-Pierre, du tac au tac, en interviewer incisif que rien n'effraye : "Oui, monsieur le président, et on est obligés de vous croire sur parole après une demi-douzaine d'entubages du même genre depuis le Kosovo ?

Et Jean-Pierre d'enchaîner aussitôt, avec l'intrépidité et l'absence de révérence qui le caractérise : "Au Yémen, monsieur le président, que pensez-vous des massacres commis avec des armes françaises sous les ordres du prince héritier d'Arabie Saoudite que vous receviez hier avec tant de déférence ?"

Puis Jean-Pierre, n'écoutant que son courage et sa déontologie : "Pourriez-vous, monsieur le président, expliquer aux Français, pourquoi vous avez récemment accueilli, et si cordialement, à l'Élysée, le pseudo-président du pseudo-État du Kosovo, que ne reconnaissent ni l'ONU ni l'Union européenne, cet Hashim Thaçi, soupçonné de trafic d'organes prélevés sans anesthésie sur des prisonniers serbes vivants, civils et militaires, qui n'a échappé au Tribunal pénal sur l'ex-Yougoslavie que par la disparition ou la rétractation providentielles des témoins de l'accusation, chef d'un État mafieux, plaque tournante des trafics d'êtres humains, de drogue et d'armes qui irriguent nos banlieues, État qui abrite en outre sur son territoire des camps d'entraînement de Daesh ?"

Enfin, Jean-Pierre, répudiant tout reste de pusillanimité, intrépide comme on le connaît : "Et sur les continuelles provocations turques à l'égard de la Grèce et de Chypre, États de l'UE, de la part de la Turquie que l'UE finance à fonds perdus au titre de sa préadhésion et de son chantage aux migrants, alors qu'elle liquide, grâce à cet argent que nous lui versons, nos alliés kurdes de Syrie après leur avoir tiré dans le dos durant des années et soutenu par tous les moyens imaginables ce Daesh dont la même Turquie réorganise et réarme aujourd'hui les rescapés afin d'en faire des supplétifs de son armée, qu'auriez-vous à dire aux Français ?"

Vous comprenez, maintenant, pourquoi j'ai fait romancier ?

samedi 7 avril 2018

Une conférence sans doute passionnante

Ca c'est mardi à 19h00, à la Maison de la Grèce, à l'initiative de l'association Théatra II (Espace du drame antique et scène contemporaine), avec la participation de la Librairie hellénique Des mos, et ce sera sans doute passionnant.

Vinciane Pirenne-Delforge est la nouvelle titulaire de la chaire de religion de la Grèce antique au Collège de France et elle traitera de "Loi des dieux, loi des hommes ? Quelques réflexions sur les honneurs rendus aux morts en Grèce ancienne".

Vichy, Londres et la France... et la grève de la SNCF

Quand l'amie Coralie Delaume s'entretient sur "Vichy, Londres et la France", c'est-à-dire sur les détournements d'histoire et de sens et leurs usages d'aujourd'hui (déculpabiliser les uns pour culpabiliser les autres et légitimer la disparition de la nation française dans le Grand-Tout euro-atlantique), avec l'ami Bertrand Renouvin, c'est forcément passionnant, et c'est forcément à écouter !

Quant à ce qui se passe aujourd'hui dans notre beau pays, vous vous doutez bien que cela ne me laisse pas plus indifférent que l'escalade conduite en Méditerranée orientale par le sultan (nouvelles violations de l'espace aérien grec avec des avions armés, au risque de - ou pour provoquer un - incident grave qui permette des "représailles", et réplique grecque, et c'est bien la responsabilité d'un gouvernement de parer à une agression pour tenter de la dissuader), ou le Nein retentissant - et qui a pourtant fait bien peu de bruit dans nos médias - opposé par la Kaiserin Merkel aux fantasùagories de réforme de la zone euro du petit Gauleiter Macron : seconde fois que le jeune homme se fait renvoyer à ses bonnes oeuvres dans le champ européen, après la réforme en trompe-l'oeil de la directive travailleurs détachés qui n'a rien réformé, sauf retouches cosmétiques qui n'ont rien changé et ne changeront rien.

Or donc, il s'agit désormais ici de la mise en concurrence (car il ne s'agit pas, on vous répète sur tous les tons, de privatisation, hein, non ça, ce sera dans deux ou trois ans, ni de la fermeture des petites lignes : non, ça on fera porter le chapeau aux régions qui devront en assumer l'impopularité au fur et à mesure qu'on réduira leurs dotations) de tout ce que nous considérons comme des services publics n'est ni une nécessité, ni un progrès, ni une fatalité, ni le sens de l'histoire auquel nous n'aurions pas d'autre choix que de nous laisser aller. La mise en concurrence de tout ce que nous considérons comme des services publics est la conséquence de l'idéologie qui est l'origine et le coeur de ce qu'il est convenu d'appeler la construction européenne.

Combattre aujourd'hui la conséquence de cette idéologie dans le service public ferroviaire est aussi légitime qu'indispensable - car si ça passe pour le ferroviaire, viendra ensuite la liquidation de l'hôpital public, du service public d'éducation...

Cesser de répéter qu'on peut réorienter ou réformer l'Union européenne et expliquer qu'il n'y a pas d'autre choix que d'en sortir si l'on veut conserver des services publics qui en soient, si l'on veut sortir de cette spirale mortifère de la mise en concurrence généralisée, prélude à la privatisation, est tout aussi indispensable.

Car l'ouverture à la concurrence n'est qu'un piège à cons bruxellois, la vraie question c'est de faire en temps utile les investissements et de donner les moyens nécessaires au bon fonctionnement du service public.

Mais pour cela il ne faut pas avoir une monnaie surévaluée qui étouffe l'économie et empêche de dégager les moyens nécessaires. Mais pour cela, il faut être indépendant et souverain, c'est-à-dire qu'il faut que le Parlement fasse démocratiquement et librement ses choix budgétaires, sans être prisonnier ni de critères de déficit tombés du ciel avec les tables de la loi de Maastricht, ni des directives idéologiques d'une Union européenne dont le but a été, depuis sa création, de contourner et de réduire à néant la volonté démocratiquement exprimée par les peuples en posant comme des évolutions inévitables les conséquences de faits accomplis idéologiques et technocratiques qui doivent à tout prix échapper à la délibération démocratique.

Car dans le cadre européen, tel qu'il a été construit dès l'origine et qui ne sera ni réformé ni réorienté parce qu'il a été conçu pour servir précisément à quoi il sert, le citoyen n'est qu'un imbécile à éduquer, un manant qui n'entend rien à rien, un crétin congénital qui ne veut pas comprendre où est son intérêt et que les gens qui savent savent forcément mieux que lui ce qui est bon pour lui.

C'est l'essence même - depuis Monnet - de ce qu'il est convenu d'appeler la "construction européenne".

Dans ces conditions, les mécanismes démocratiques ne sont bons que s'ils permettent aux gens qui savent d'accéder et de se maintenir au pouvoir - grâce à un appui massif des médias et dans un jeu électoral dessiné de manière à ce que les castors portent au pouvoir le candidat de l'oligarchie en "faisant barrage" à...

Ensuite vient le temps du gavage des oies citoyennes. On ne négocie pas avec des imbéciles, on ne prend pas en compte les arguments et les objections des manants, on ne s'abaisse bas à changer ses plans parce que des crétins congénitaux manifestent, se mettent en grève ou votent : cf référendums de 2005 en France ou 2015 en Grèce, parmi d'autres...

Face aux imbéciles, aux manants et aux crétins congénitaux, il n'y a qu'une seule chose à faire : de la PEDAGOGIE.

Or donc, de mon point de vue, il convient de soutenir cette grève. C'est un enjeu fondamental pour ne pas basculer vers le destin que connaît aujourd'hui la Grèce. Car, de mon point de vue, les cheminots ne se battent pas pour eux, ils se battent pour le service public, qui au nom de logiques budgétaires absurdes liées à la nature même du "projet européen", a été mis, par manque d'investissement, dans l'impossibilité de remplir correctement ses tâches et qui au nom de la mise en concurrence qui est au coeur, dès l'origine, du même "projet européen", devrait être ouvert à la concurrence, avant d'être, évidemment, privatisé dans quelques années.

Ils se battent pour tous les services publics, ils se battent pour nous tous, ils se battent pour préserver un bien de la nation.

En ce qui me concerne, j'ai donc donné à cette cagnotte, la plus importante de celle qui ont été lancées pour aider les cheminots à tenir - pour eux, pour nous, pour la nation, pour briser la volonté destructrice de ce qui fait notre République sociale d'un gouvernement de rencontre et de capitulation permanente. Si vous le pouvez, vous aussi...

lundi 2 avril 2018

Guerre du Kippour à la grecque ?

Erdogan tentera-t-il le "coup de la guerre du Kippour" en attaquant la Grèce pendant les Pâques orthodoxes, le ouiquende prochain ?

Les rumeurs vont bon train en Grèce où cela ne surprendrait pas grand monde. Il semble que nous rentrions dans une période à haut risque après les innombrables déclarations et provocations turques (dernière en date : Erdogan est allé réciter des prières à Sainte-Sophie d'Istanbul, transformée en mosquée en 1453 lors de la prise de la Ville - il y a notamment rendu un hommage appuyé au sultan Mehmet II dit le Conquérant -, et que Kémal avait déconfessionnalisée pour transformer le monument en musée... sa retransformation en mosquée est une vieille et symbolique revendication des islamistes turcs) en mer Egée comme à Chypre qui font monter la tension depuis plus d'un an, et parallèlement à l'opération d'Afrin...

Prise de contrôle d'îlots inhabités, histoire de tester la réaction des Etats-Unis, et accessoirement de l'UE, dont Erdogan a pu mesurer récemment les capacités de lâcheté par le déblocage de 3 nouveaux milliards au titre du chantage aux migrants par la Commisssion puis par l'exercice de reptation à ses pieds de Jean-Claude Juncker lors du récent dîner de Varna ? Attaque contre des îles habitées régulièrement désignées comme turques par Ankara - Kastellorizo, Phamakonisi, Agathonisi - pour tester les capacités de réplique de l'armée grecque (après neuf ans d'écorchage de la Grèce par l'UE qui déverse des milliards sur la Turquie au titre du chantage aux migrants ou de la préadhésion) à une armée turque cinq fois plus puissante mais saignée, elle, par huit ans de purges islamistes des officiers supérieurs aux sous-officiers ? Opération de plus grande envergure ?

Il ne semble en tout cas pas absurde que le sultan, grassement subventionné par l'UE, puisse penser, ne serait-ce que par une opération limitée, casser la saison touristique d'une Grèce dont le tourisme est, après neuf ans de politiques européennes, le seul moteur économique qui tourne encore à peu près, même si l'immense transfert de propriété par quoi se traduisent aussi les politiques européennes a fait passer nombre d'infrastructures hôtelières et aéroportuaires dans des mains étrangères et délocalisé en Europe occidentale une grande partie des recettes générées par le tourisme en mode colonial du all inclusive (localisation des recettes dans les pays de départ, les retombées sur place ne sont plus que les prestations de service locales payées au plus bas et les salaires de misère de l'hôtellerie, quand on n'a pas recours à du personnel roumain ou bulgare qu'on peut encore payer moins cher)...

dimanche 25 mars 2018

25 mars, fête nationale grecque

L'insurrection grecque de 1821, l'épanastasis, que les Grecs commémorent en ce jour de fête nationale, est à la fois (en même temps !!!) un soulèvement national et une révolution - la volonté de disposer de soi et de changer l'ordre social qui participe de la domination turque et que la domination turque pérennise. Car en Grèce, on n'a pas attendu l'UE et l'euro pour que les "élites" soient les fidèles relais d'une domination étrangère. C'est une longue tradition...

L'épanastasis est donc à la fois la fille de la Révolution française et un soulèvement contre une domination turque et musulmane, largement euphémisée par l'historiographie récente et que certaines plumes feraient presque passer, par choix idéologique hostile à la nation, pour un modèle de tolérance et de "vivre ensemble" sans frontières, alors qu'il s'agissait d'un régime d'inégalité structurelle devant l'impôt, la justice, la pratique religieuse, la vie au quotidien et la mort, entre musulmans dominants et chrétiens dominés (l'Empire ottoman ne connaît pas les "nationalités", le statut personnel, les droits, devoirs et contraintes y sont déterminés par l'appartenance religieuse).

Elle est aussi le fruit d'un long mûrissement qui voit l'émergence d'une bourgeoisie commerçante grecque qui s'imprègne des Lumières, aspire à un nouvel ordre politique et social, diffuse ces idées dans tous les Balkans. Et dans ce long mûrissement, deux hommes jouent un rôle fondamental. Voici ce que j'en écris dans le premier tome de La Grèce et les Balkans, du Ve siècle à nos jours, Folio Histoire, Gallimard, 2013.

"C’est donc principalement vers la France ou la Russie que regardent ceux qui ouvrent la voie à l’insurrection grecque de 1821 ; et c’est en France ou en Russie qu’ils trouvent refuge lorsque leur vie est menacée. La Grande Catherine offre l’asile aux savants Voulgaris et Théotokis, comme au pirate Katsonis. Stamaty passe au service de la France, et Kodrykas, arrivé à Paris en 1797 avec une ambassade ottomane, ignore son rappel en 1800, devient traducteur au ministère français des Affaires extérieures, est condamné à mort par contumace à Istanbul, et publie en 1808 un Projet de partage de la Turquie. Quant à ceux qui n’ont ni protecteur ni refuge, leur sort est souvent plus tragique : passé par l’Académie athonite, le moine Kosmas l’Étolien (1714-1779) parcourt l’espace grec durant vingt ans, crée des écoles, prêche l’éducation du peuple et la libération nationale dans un message évangélique à tonalité égalitaire qui lui vaut l’hostilité des notables aussi bien que de la hiérarchie ecclésiastique. Il finit pendu par les Turcs comme agent du tsar.

Parmi ces précurseurs, deux figures se détachent : Adamantios Koraïs (1748-1833), intellectuel exilé ; Rhigas Vélestinlis (1757-1798), activiste de l’intérieur. Le premier est smyrniote, rejeton d’une famille de marchands emblématique de la nouvelle élite grecque, éduqué aux humanités par un pasteur hollandais, polyglotte (il maîtrise huit langues). Il séjourne à Amsterdam, revient à Smyrne par Vienne et Trieste, lit les philosophes et se passionne pour l’Antiquité grecque, avant de repartir faire sa médecine à Montpellier et de s’installer à Paris en 1788. Il y conquiert la reconnaissance des cercles savants par son érudition et ses traductions ; il édite pour ses compatriotes de nombreux auteurs antiques, avec présentation et notes en grec moderne, regroupés dans une Bibliothèque hellénique qui est « comme une collection Guillaume Budé grecque entièrement établie par un seul homme ». Observateur enthousiaste des débuts de la Révolution, il voudrait que ses principes s’appliquent en Grèce et défend l’idée que la Grande Nation devrait aider les Hellènes à se libérer du despotisme ottoman. Il voit la diffusion des Lumières parmi les Grecs de son temps comme le remboursement par l’Europe occidentale, « avec de très gros intérêts », du capital qu’elle a reçu de ceux de l’Antiquité, et la France, « arrivée au même degré de gloire que nos ancêtres dans les arts et dans la science », comme une nouvelle Athènes. Il est si convaincu des affinités électives unissant la Révolution à la Grèce que, dans une lettre où il évoque le procès d’un Louis XVI qui, « de son propre mouvement ou par de mauvais conseils, a tramé en secret le renversement de la liberté », il se fait l’écho d’une curieuse rumeur selon laquelle, en cas de victoire de la contre-Révolution, les révolutionnaires projetteraient de s’embarquer à destination de Chypre et de la Crète, afin d’y fonder une République gréco-française !

Face à l’emballement de la Révolution, Koraïs continue à souhaiter sa victoire, parce que sa défaite serait celle de la liberté, mais il voudrait aussi que celle-ci fût toujours compatible avec l’humanité et la justice. Pour Mario Vitti, en politique comme sur la question de la langue, Koraïs est à la recherche du juste milieu, du compromis.

« Ce compromis prend sa source dans la notion de démocratie et dans le respect de la tradition populaire, telles que les avait définies la pensée des Lumières (…). Cet esprit « éclairé » élabora une théorie de l’épuration de la langue « vulgaire », à l’aide de la philologie classique, et s’employa à « corriger » scrupuleusement son vocabulaire. Ainsi, sans s’en douter cependant, il ouvrait la voie au procédé grâce auquel, quelques années plus tard, les conservateurs allaient donner naissance à la katharévoussa. »

Mais ce « centriste » qui se définit dans une lettre de 1793 comme « citoyen du monde », qui croit à l’instruction comme instrument du progrès, n’hésite pas non plus à prendre des positions tranchées. Lorsque paraissent des Instructions paternelles (1798), attribuées au patriarche de Jérusalem, qui condamnent la Révolution française comme une œuvre diabolique, et reprennent le vieux thème de la domination ottomane voulue par Dieu, Koraïs réplique par de cinglantes Instructions fraternelles, datées de l’an I de la liberté. Il y stigmatise « l’oppression intérieure » des Grecs par « les notables et le haut clergé », qui pérennise la tyrannie du sultan. Pour lui, il y a donc une double libération à accomplir, vis-à-vis des Turcs et vis-à-vis des Grecs qui ont intérêt au maintien du statu quo. Quant à sa correspondance et à ses textes polémiques (La Trompette guerrière en 1801, ou Que doivent faire les Grecs dans les circonstances présentes, dialogue de deux Grecs qui ont entendu parler des brillantes victoires de Napoléon en 1805), ils circulent largement en Grèce, où ils contribuent à populariser l’idée d’une révolution.

Koraïs ne cesse par ailleurs de déplorer l’indifférence des Occidentaux pour sa patrie d’origine. Il tente de sensibiliser leurs élites à son sort, de les convaincre qu’il faut aider à sa libération. C’est le sens du Mémoire sur l’état actuel de la civilisation de la Grèce qu’il présente en 1803 à la Société des observateurs de l’homme dont il est membre. Dans ce texte, lui, l’intellectuel légitime aux yeux de ses pairs, qui a choisi la France mais qui continue à se revendiquer grec, s’emploie à combattre les préjugés qui pèsent sur ses compatriotes, à convaincre son auditoire qu’ils sont dignes d’être libres et prêts à l’être, tout en appelant ceux-ci à renouer avec le passé de leur grandeur antique.

Koraïs meurt en 1833, sans avoir fait ne fût-ce qu’un voyage vers cette Grèce indépendante qu’il n’a cessé, depuis Paris, d’appeler de ses vœux. Il meurt après avoir condamné l’action de son premier chef d’État, Kapodistrias, mais honoré par son Assemblée nationale (1827) comme un des hommes auxquels la nation doit sa reconnaissance. Il meurt en choisissant d’être enterré dans sa patrie d’adoption, son épitaphe proclamant qu’il la chérit à l’égal de son pays natal.

Rhigas, lui, meurt étranglé le 24 juin 1798, avec sept de ses compagnons, sur ordre du sultan, sans jugement, dans un cachot de la forteresse de Belgrade. Koraïs avait choisi d’appeler, depuis Paris, ses compatriotes à la révolte, et la France à les y aider. Rhigas entreprend de constituer une société secrète qui doit préparer le soulèvement et, dans l’espoir d’un soutien français, tente d’établir le contact avec un Bonaparte libérateur de l’Italie et créateur des républiques sœurs, cisalpine, helvétique, ligure, d’Ancône, romaine ou parthénopéenne (Naples). Établi à Vienne en 1796, il est victime d’une trahison et arrêté à Trieste en décembre 1797 – là comme en Grèce, bien des Grecs sont hostiles, pour des raisons sociales, à la radicalité révolutionnaire même s’ils souhaitent une libération nationale. Les Instructions paternelles approuvent le châtiment, sans citer Rhigas, de ceux qui ont fait preuve d’un « zèle insensé », quand les Instructions fraternelles de Koraïs saluent les « courageux martyrs de la liberté ».

Rhigas est également victime de la solidarité contre-révolutionnaire. Naguère, les Autrichiens appelaient les chrétiens des Balkans à la révolte contre les Turcs. Désormais, c’est pour « préserver de troubles l’État ottoman voisin » et « protéger nos frontières de leur propagation » qu’ils livrent au sultan Rhigas et ses compagnons grecs. L’origine géographique de ceux-ci (Chypre, Chios, Macédoine, Épire…) et la liste de trois mille membres de sa société secrète que la police découvre dans les papiers de Rhigas montrent le caractère « national » et l’ampleur du mouvement en gestation. Quant au fait que des sujets du tsar (expulsés vers la Russie) aient été pris dans le coup de filet, il confirme le strabisme divergent de ces Grecs inspirés par les idéaux de la Révolution française et espérant son secours mais, comme l’écrira l’élève consul de Jassaud dix ans plus tard, prêts à se jeter dans les bras de quiconque veut bien les aider.

Rhigas est né en 1757 à Vélestino, sur le site de l’antique Phérai (d’où les qualificatifs d’origine, Vélestinlis ou Phéraios, accolés à son patronyme), non loin de Volos en Thessalie. Adolescent, il assiste à une scène qui le marque : l’irruption dans une église de Turcs qui interrompent l’office pour contraindre les fidèles à la corvée. Il étudie dans une école de la presqu’île du Pélion, un des apanages de la sultane mère, qui bénéficie d’une très large autonomie locale. À Constantinople, il se frotte aux phanariotes, auprès desquels il va faire carrière dans les principautés danubiennes à partir de 1785 ou 1786. Il mélange les genres : secrétaire de drogman et d’hospodar, commerçant qui investit ses gains dans la terre, interprète au consulat de France à Bucarest. Adepte des Lumières, franc-maçon, convaincu des vertus libératrices de l’éducation, il publie des ouvrages de vulgarisation, mais adapte aussi des nouvelles libertines de Restif de La Bretonne, traduit l’abbé Barthélemy, Montesquieu, La Marseillaise ou les Constitutions françaises de 1791 et 1793, écrit des paroles grecques sur l’air de La Carmagnole. En mai 1797, il met en vente à Vienne une Grande Carte de Grèce en douze feuillets, à la fois encyclopédique, didactique et politique, qui donne les noms moderne et antique des localités, comprend nombre de commentaires historiques et archéologiques, des reproductions de monnaies antiques, des plans de Sparte et Athènes, des sanctuaires de Delphes et Olympie (communs à tous les Grecs), ainsi que ceux des grandes batailles gagnées par les Grecs coalisés contre les Perses durant les guerres médiques…

« Enfant perdu d’un jacobinisme périphérique », selon l’expression de Michel Vovelle, Rhigas publie surtout, en novembre 1797, un Nouveau Statut politique où l’on trouve un manifeste révolutionnaire, une déclaration des droits de l’homme (dont la résistance à l’oppression et des droits économiques et sociaux fort concrets comme l’éducation des filles, un « crédit » accordé par l’État aux inactifs, l’interdiction pour les patrons d’insulter ou de frapper leurs employés, etc.), une Constitution de la future République, parfois plus « moderne » que ses modèles, la Constitution jacobine de 1793 et celle du Directoire.

Dans ce texte, comme dans sa Carte, se dessine une République hellénique comprenant non seulement la péninsule grecque et l’archipel, mais aussi l’Asie Mineure, l’ensemble de la Roumélie et les principautés danubiennes. Une République… byzantine ou ottomane en somme, dotée d’un drapeau tricolore et d’un emblème : la massue d’Héraklès portant « liberté, égalité, fraternité », et autour « pour les lois et la patrie », qui font référence aux héritages antique et byzantin autant qu’à l’inspiration française. Cette République répudie la peine de mort et inclut tous les peuples : « qui gémissent sous la tyrannie insupportable de l’abominable despotisme ottoman (…) sans aucune distinction de religion ».

Quelques années plus tôt, le jacobin hongrois Ignace Martinovics, exécuté en 1795 par les Autrichiens, avait prôné une réorganisation de la Hongrie sur la base de provinces autonomes qui feraient place aux droits des nationalités . Rhigas n’inscrit pas davantage son action dans un cadre ethnolinguistique étroit, et son organisation recrute aussi bien dans les principautés danubiennes qu’en Bulgarie, en Serbie ou au Monténégro. Sa République hellénique est pourtant conçue comme un État unitaire – le modèle est la France jacobine, pas le fédéralisme girondin ni les États-Unis d’Amérique –, dont la langue commune serait le grec, enseigné partout (de fait, il est déjà la langue commune de culture et d’affaires de la région) en même temps que le français et l’italien. Mais si la souveraineté réside dans la nation (ethnos en grec), celle-ci est définie comme l’addition de différentes composantes nationales (génos en grec) reconnues comme égales. Les Hellènes y seraient donc minoritaires parmi les Albanais, Serbes, Valaques, Moldaves, Bulgares, Arméniens, Bosniaques et « autres », y compris les Turcs, qui disposeraient des mêmes droits qu’eux, et participeraient avec eux à l’expression de la souveraineté, à travers un suffrage universel par ailleurs plus large que dans le modèle français, puisqu’il serait étendu aux « hommes et femmes, nationaux et non nationaux ».

Rapidement, le Thourios (chant de guerre) de Rhigas, qui proclame qu’une heure de liberté vaut mieux que quarante ans d’esclavage, est colporté, appris, chanté dans tous les villages grecs. Il deviendra l’hymne des combattants de la guerre d’indépendance, et nombre des plus illustres d’entre eux, comme Makriyannis ou Kolokotronis, verront en Rhigas le semeur des grains dont ils moissonnèrent la récolte. Une tragédie lui fut consacrée dès 1833… interdite sous la monarchie absolue et bavaroise qui sortit de la guerre d’indépendance, de même que la dictature de Métaxas, en 1937, interdira une autre pièce qui lui est consacrée. Théâtre, poésie, images d’Épinal représentant Koraïs et Rhigas soutenant une Grèce blessée sur fond de ruines antiques, romans populaires, groupes politiques, nombreux sont ceux qui, dans une intention ou dans une autre – exaltation du patriotisme hellénique ou promotion d’un fédéralisme balkanique –, voyant en lui un impérialiste grec ou un libérateur des peuples de l’Europe du Sud-Est, auront utilisé Rhigas, toutes choses égales par ailleurs, à la manière dont Jeanne d’Arc a pu l’être en France.

Mais au-delà de l’instrumentalisation de son image, Rhigas reste doublement important. Parce qu’il donne à un mouvement national en gestation un premier corps de doctrine et un projet politique résolument ancrés dans le système de valeurs des Lumières et l’héritage de la Révolution française. Parce que son destin donne à sa cause la force symbolique du martyre : « L’écoulement de ce sang innocent, au lieu d’impressionner les Grecs, les poussera plutôt à la vengeance », écrit Koraïs dans ses Instructions fraternelles. La fin tragique de Rhigas ne fait qu’amplifier l’écho de ses œuvres qui continuent à circuler dans les Balkans, inspirant les générations de ceux qui reprennent son objectif (la préparation d’une insurrection) tout en tirant la leçon de son échec. D’autres organisations prennent le relais. Les loges maçonniques se multiplient dans le monde hellénique. L’Hellinoglosson Xénodochion (Hôtel hellénophone) est fondé à Paris en 1809 ; outre de nombreux francs-maçons, le Corfiote Kapodistrias ou le Français Choiseul-Gouffier adhèrent à cette société qui vise l’éducation des Hellènes en même temps que la restauration d’un empire grec. Une autre, baptisée Philomoussos (Amis des Muses), naît trois ans plus tard, à Athènes puis à Vienne. Présidée par Kapodistrias, elle collecte des fonds (le tsar Alexandre Ier figure parmi les donateurs) utilisés à des fins subversives, en plus de celles, éducatives et culturelles (création d’écoles, de bibliothèques, de musées), qu’elle allègue officiellement.

Enfin, en 1814 à Odessa, deux anciens de l’Hellinoglosson Xénodochion, Nikolaos Skouphas (1779-1819), originaire d’Arta, et Athanasios Tsakalov (1788-1851) de Ioannina, fondent avec Emmanouïl Xanthos (1772-1852) de Patmos, franc-maçon, la Philiki Hétaireia (Hétairie ou Société des amis), dont la direction se transportera à Constantinople en 1818. Comme les carbonari, nés de la lutte contre les Français dans le royaume de Naples, puis reconvertis dans l’opposition clandestine et violente aux régimes absolutistes établis en Italie par la Sainte-Alliance, comme la charbonnerie française, l’Hétairie pratique l’initiation, le serment, le codage des correspondances, le cloisonnement des cellules et échelons.

Elle recrute en Russie et dans les provinces danubiennes, ainsi que dans le Péloponnèse, les îles, en Épire ; la Grèce centrale, la Macédoine, la Thessalie et l’Asie Mineure (sauf Smyrne) y sont sous-représentées. Chypre reste à l’écart du mouvement, mais des Serbes, des Bulgares et des Valaques s’y affilient également. Si sa base sociale est majoritairement la nouvelle bourgeoisie, la volonté de ses fondateurs de rester flous quant aux objectifs politiques autres que la libération nationale lui rallie nombre de notables ou de membres du clergé comme Mgr Germanos, métropolite de Patras. Enfin, à défaut de Kapodistrias, ministre des Affaires étrangères de la Russie depuis 1816, qui a décliné l’offre, Alexandros Ypsilantis, phanariote, aide de camp et ami du tsar, prend la tête de l’Hétairie en 1820."

Tout cela n'ayant, bien entendu, aucun rapport avec la situation actuelle de la Grèce...

vendredi 23 mars 2018

Le ca va mieux...

Comme un lecteur, Philippe, réagissait à mon dernier billet en décrivant les signes qu'il voit en Grèce d'une certaine reprise d'activité, je reproduis ici la réponse détaillée que je lui ai faite, parce que je crois qu'il s'agit d'un sujet vraiment fondamental aujourd'hui, notamment en raison de la propagande écrasante distillée chaque jour, chaque heure, chaque minute par les médias dominants. Non, je le maintiens, ça ne va pas mieux, ni en Grèce, ni en Italie (comme l'ont montré les résultats des élections législatives qui traduisent un état de décomposition politique alarmant), ni en Espagne, ni au Portugal, ni en France. Et voici pourquoi.

Cher Philippe, ce que vous décrivez n'est hélas qu'un trompe-l'oeil. Pourquoi ? D'abord parce que, comme je le dis dans mon billet, c'est l'effet mécanique de la baisse du taux de change de l'euro durant la phase qui a suivi la "crise". L'effet d'asphyxie sur l'économie grecque s'est atténué, permettant une stabilisation de l'activité à des niveaux extrêmement bas (la destruction de richesses a été pire qu'au pire de la Grande Dépression des Etats-Unis, dont ceux-ci ne sont en fait sortis qu'avec la deuxième guerre mondiale). Rappelons durant cette phase longue à ceux qui ont peur des effets d'une dévaluation qui suivrait la sortir de l'euro que cette monnaie s'est dévaluée entre 2009-2010 et 2016 2017 de l'ordre de 30 % (près de 1,60 dollar à la veille de la crise, moins de 1,10 entre octobre 2016 et avril 2017).

C'est la SEULE raison du faux mieux que l'on voit aujourd'hui en Europe : ce mieux relatif n'est ni l'effet des coupures budgétaires, de a déflation imposée par l'Allemagne, des job acts à la Renzi, de la destruction systématique des classes moyennes; il n'est que l'effet d'une surévaluation monétaire qui est devenue moins violente. Cette surévaluation est une sous-évaluation pour l'Allemagne, qui justifie parfaitement les mesures anti dumping prises par Trump contre l'Allemagne, puisque l'euro est une monnaie à ce point stupide qu'elle est surévaluée pour les économies les plus faibles de la zone qu'elle étouffe, alors qu'elle est sous-évaluée pour les économies les plus fortes (au premier rang desquelles l'allemande) auxquelles elle permet de s'enrichir encore en accumulant de l'excédent commercial.

Or l'économie grecque, pour repartir vraiment après les destructions de potentiel économique qu'elle a subies du fait de la surévaluation de l'euro durant des années et des années, auxquelles s'ajoutent celles des politiques imposées par l'UE depuis 2010, aurait sans doute besoin, par rapport au niveau atteint alors d'une dévaluation supplémentaire de même ampleur, voir un peu plus grande pour une parité de 0,7 à 0,8 dollar. Aucune économie dans le monde, nulle part, jamais, ne peut durablement repartir avec une monnaie surévaluée de 30 à 40 %. c'est comme si vous demandiez à un athlète de courir une course avec un boulet de 30 à 40 kilos attaché à la cheville. Il n'empêche que cette baisse de 30 % du taux de change a évidemment redonné un peu d'air à l'économie grecque, comme à l'italienne, à l'espagnole, à la portugaise, à la française...

Mais ceci est désormais derrière nous ! Ce matin, l'euro est à 1,23 dollar alors qu'il était à 1,03 en décembre 2016, c'est à dire une réévaluation de l'ordre de 20%, comme si le poids au pied de votre coureur avait augmenté de 20 kilos... Les effets de la baisse de l'euro ne se sont vus qu'avec retard ; il en ira de même pour ceux de la hausse : un pays ne peut simplement pas vivre avec une monnaie en pareil décalage avec ses fondamentaux ! D'autre part, le déficit commercial a considérablement augmenté en 2017 alors même que les exportations augmentaient, ce qui signifie simplement que les "réformes" imposées par l'UE ont mis en place une économie du Tiers Monde qui produit des exportations de faible valeur , grâce à des salaires bas, alors qu'elle doit importer des produits qu'elle ne produit plus. Ce que les néomarxistes appellent de la croissance sans développement.

Cette structure est doublement dangereuse. d'abord, elle produit, en dernier ressort, de la dette en plus, c'est à dire qu'elle renforce la dépendance de la Grèce par rapport à ses créanciers qui n'ont toujours pas consenti la moindre restructuration significative de la dette existante. Ensuite, les emplois créés sont des emplois peu qualifiés qui peuvent être déménagés très vite ailleurs si les conditions salariales ou de change apparaissent plus favorables ailleurs. Ce type de "croissance" n'est donc ni pérenne ni générateur de hausse ou, en l'occurrence, de récupération du niveau de vie perdu.

Toute hausse de salaire rendrait notamment ces emplois non compétitifs avec des emplois situés dans des pays voisins. De surcroît cette croissance en trompe l'oeil est essentiellement le fait "d'investisseurs" étrangers, c'est à dire d'un capitalisme qui délocalisent aussitôt les revenus de leurs activités et qui n'ont aucun scrupule à délocaliser les emplois dès lors que les conditions seront jugées meilleures ailleurs. Ajoutons que les ressources d'un développement propre et durable - les cerveaux jeunes, dont la formation a été payée par le contribuable grec - sont massivement partis, et continuent à partir créer de la plus-value ailleurs.

Ajoutons encore que, dans les pays développés, la croissance repose à 60-70% sur la consommation intérieure. Or, les caractéristiques que je viens de vous décrire rendent forcément cette consommation atone et lui interdisent de repartir puisqu'on continue à étouffer la demande par de nouvelles baisses programmées des retraites. Et même si, par miracle, elle repartait, elle créerait du déficit commercial et de la dette supplémentaires puisque la Grèce serait obligée d'importer ce que, du fait de la surévaluation de l'euro et des politiques européennes, elle ne peut plus produire. Si l'on ajoute à cela la dégradation continue des systèmes publics de santé, d'éducation, et cerise sur le gâteau, l'incertitude géopolitique sur laquelle l'UE détourne la tête, je ne vois vraiment pas comment on peut continuer à soutenir que "ça va mieux".

En réalité, ce qui se met en place en Grèce aujourd'hui, ce n'est pas un redémarrage de l'économie, c'est une structure d'économie coloniale.

mercredi 21 mars 2018

Ca va mieux, ça va mieux, ça va mieux...

Comme on le répète sur tous les tons depuis des mois : en Grèce, ça va mieux ! La preuve ? Le chômage est remonté de 20,2 % à 21,2 % entre le troisième et le quatrième trimestre 2017.

La réalité c'est que la stabilisation à des niveaux très bas de l'activité qu'avait générée la baisse de l'euro sous les 1,10 dollars entre octobre 2016 et avril 2017 est désormais effacée, et que la remontée au dessus des 1,2 asphyxie ce que huit ans d'imbéciles et criminelles politiques de l'UE ont laissé subsister d'économie grecque.

lundi 19 mars 2018

De la lâcheté occidentale à Afrin

3 milliards de vos impôts et des miens débloqués la semaine dernière par la Commission européenne à la Turquie, au titre du chantage aux migrants... en plus des nombreux autres déversés au titre de la pré-adhésion...

Bien sûr, l'essentiel de ces milliards ira dans les poches du clan Erdogan et dans la machine clientéliste de l'AKP (l'islamo-fascisme turc est libéral économiquement et, sur le modèle des Frères musulmans, c'est la charité islamique organisée par le parti qui se substitue à l'Etat dans le secteur social, sanitaire, éducatif) indispensable au maintien d'Erdogan au pouvoir.

Ce sont donc vos impôts et les les miens qui, par la grâce de l'UE, contribuent largement au maintien au pouvoir de l'islamo-fascisme en Turquie.

Mais l'islamo-fascisme turc n'est plus aujourd'hui une affaire intérieure turque : Daesh n'aurait jamais résisté si longtemps sans les armes livrées par la Turquie, sans le pétrole ou le coton achetés à Daesh par la Turquie et revendus aux Occidentaux une fois blanchis par la Turquie, sans l'armée turque qui n'a cessé de tirer dans le dos des Kurdes qui combattaient Daesh...

La marine turque empêche aujourd'hui l'Etat souverain de Chypre, membre de l'UE, dont près de 40% du territoire est occupé et colonisé par la Turquie depuis 1974, de mettre en valeur les champs gaziers de son espace économique maritime exclusif ; la Turquie viole chaque semaine à plusieurs reprises l'espace maritime et aérien de la Grèce, membre de l'UE, et systématiquement écorchée par l'UE depuis huit ans : un garde-côte grec a été éperonné il y a peu par un navire de guerre turc, la catastrophe n'ayant été évitée de justesse que parce que le bateau grec a mis les gaz ; la Turquie détient et accuse d'espionnage deux soldats grecs, qui se seraient égarés en territoire turc, ou qui ont été enlevés en territoire grec, sur la frontière terrestre du nord, et elle entend s'en servir comme otages afin d'obtenir que la Grèce lui livre 8 officiers turcs réfugiés au lendemain du pseudo-coup d'Etat qui a permis à Erdogan d'accélérer la dérive autoritaire de son régime. Erdogan qui ne cesse de menacer la Grèce d'invasion de dizaines de ses îles, jusqu'au sud de la Crète, et de proclamer la caducité du traité de Lausanne (1923) qui a fixé les frontières de la République turque naissante.

L'islamo-fasciste Erdogan ne cache plus ses visées expansionnistes, à l'est comme à l'ouest. L'islamo-fasciste Erdogan a donné l'ordre à son armée d'envahir le territoire syrien afin d'écraser les Kurdes qui combattent Daesh et Al Qaïdah, une armée turque qui, avec l'aide de ce qui reste de Daesh et d'Al Qaïdah (ce que les médias français, jamais en retard d'une propagande, nomment complaisamment "les rebelles au régime de Damas" ou 'l'Armée syrienne libre", laquelle n'existe plus depuis qu'elle s'est volatilisée, vers 2012-2013, en apportant aux groupes djihadistes les armes livrées par les Occidentaux), s'est emparée hier d'Afrin.

Maintenant, l'islamo-fasciste Erdogan crie victoire et annonce son intention de continuer à poursuivre les Kurdes jusqu'à la frontière irakienne, et puis ???

Aucune situation historique ne se répète jamais à l'identique. Mais la lâcheté dont font aujourd'hui preuve les gouvernants d'Europe occidentale vis-à-vis de l'islamo-fasciste Erdogan ne peut que rappeler l'enchaînement de lâchetés qui a conduit, autrefois, à Munich et au démantèlement de la Tchécoslovaquie.

Et ce genre de lâchetés, nous savons combien elles se payent cher - même si c'est avec retard.

Trois différences cependant me semblent sauter aux yeux. Daladier était conscient de sa lâcheté et prenait, à raison pour des cons, les Français qui l'acclamaient "pour avoir sauvé la paix" à son retour de Munich.

Macron n'a pas à l'évidence cette lucidité. Macron a la lâcheté satisfaite. La semaine dernière, il recevait ainsi chaleureusement à l'Elysée Thaçi, le pseudo-président du pseudo-Etat kosovar, non reconnu par l'ONU (ni d'ailleurs par l'UE), vrai maffieux, qui n'a échappé au pseudo-tribunal international pour l'ex-Yougoslavie que par les meurtres de témoins et les pressions et intimidations exercées sur les survivants. Thaçi, surnommé le Serpent, soupçonné, comme Haradinaj, pseudo-Premier ministre de ce pseudo-Etat, d'innombrables crimes de guerre et crimes contre l'humanité, pseudo-Etat où l'on trafique - entre autres - les organes d'êtres humains. Thaçi fortement soupçonné par un rapport du Conseil de l'Europe d'avoir organisé un réseau de centres de torture où, entre autres choses, on prélevait, sans anesthésie, des organes sur des prisonniers serbes vivants, civils et militaires. Thaçi qui a organisé la purification ethnique du Kosovo. Thaçi et l'UCK dont les crimes ne pouvaient être ignorés par la tutelle occidentale et le "bon docteur" qui fut sa première tête.

Ce Kosovo qui est aujourd'hui le centre européen de tous les trafics : êtres humains, armes, drogues, cigarettes... Ce Kosovo qui abritait, il y a peu encore, comme la Bosnie et l'Albanie, des camps d'entraînement formant les djihadistes des Balkans avant leur envoi en Syrie et en Irak. Ce Kosovo qui, avec l'Albanie, l'ARYM et sa minorité albanophone, la Bosnie, sont des alliés de l'islamo-fasciste Erdogan dans sa politique néo-ottomane de "reconquête" des Balkans à travers des minorités islamiques qui étaient traditionnellement adeptes d'un Islam modéré, syncrétique, peu observant et qui, depuis plusieurs décennies, sont systématiquement radicalisées grâce à l'argent et aux prêcheurs saoudiens, qataris... turcs.

La deuxième différence, c'est que les médias, au temps de Munich, n'avaient pas l'énorme poids qu'ils ont aujourd'hui dans l'opinion. Munichois, ils l'étaient en majorité ; ils le sont aujourd'hui en totalité, et se font, sans complexe (comme le montre le culte de la personnalité macronienne qui atteint ces jours-ci des sommets d'absurdité dignes des régimes totalitaires - ce qu'est en réalité, et nonobstant les formes, l'Union européenne - des chèvres indiennes s'inclinant devant le couple présidentiel dans Match, à Macron représenté en demi-dieu par VSD...), les vecteurs d'une propagande écrasante qui choisit ce qui doit indigner le lecteur ou l'auditeur (le "boucher de Damas" mais pas le "boucher d'Ankara", les "privilèges" des agents de la SNCF mais pas ceux des "premiers de cordée" défiscalisés, toujours plus riches, le méchant Poutine mais pas notre allié Erdogan qui emprisonne, torture, fait condamner à des centaines d'années de prison, professeurs, journalistes, avocats, anciens juges, policiers, militaires...), qui escamote, euphémise, fait silence sur ce qui gêne le discours officiel.

La troisième différence, c'est que les impôts des Français ne finançaient pas Hitler, alors qu'ils financent Erdogan ; et que la Turquie, imperturbablement, continue à être considérée par l'UE comme un Etat légitimement candidat, négociant son adhésion.

mercredi 14 mars 2018

Tigrane l'Arménien : campagne d'édition participative !

Suite à la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence à la fin juin 2017, la diffusion de Tigrane l'Arménien était depuis bloquée. Après bien des démarches et des mois d'incertitude, j'ai enfin récupéré mes droits sur ce roman qui me tient tant au coeur, à la fois parce qu'il traite du génocide arménien, de sa négation par la Turquie, et de la vie, aujourd'hui, dans une Grèce martyrisée par huit ans de politiques euro-allemandes.

Du coup, ce livre va pouvoir reparaître et je remercie ici, aussi vivement que publiquement, H&O éditions et son directeur, Henri Dhellemmes, qui, dès la nouvelle de la liquidation de La Différence, m'a dit qu'il ferait le nécessaire pour que ce livre revive.

Vous pouvez dès à présent préacheter ce livre en participant, ici, à la campagne d'édition participative : si elle permet de collecter 1000 euros, H&O pourra doubler le tirage initial. Merci d'avance !

On trouvera donc de nouveau Tigrane l'Arménien en librairie au début du mois de juin prochain, sous cette nouvelle couverture ; les lecteurs montpelliérains auront même la possibilité de me le faire dédicacer, en avant-première, sur le stand d'H&O à la Comédie du livre, du 25 au 27 mai.

Puis nous reprendrons, à l'automne, le programme de signatures que nous avions dû ajourner : à la librairie francophone To Lexikopoleio, à Athènes, fin septembre ou début d'octobre, à La Médiathèque Boris Vian de Port-de-Bouc le 9 novembre, et le lendemain à la librairie Prado-Paradis de Marseille, à la journée du livre de la Maison de la culture arménienne de Décines près de Lyon (date à préciser en novembre ou décembre), etc.

Philippe-Jean Catinchi dans Le Monde des livres (19 mai) : « On retrouve dans Tigrane l’Arménien la parfaite conjonction du savoir-faire du romancier et de l’exigence de l’historien, pimentée ici par la tentation de l’éditorialiste. Autant de raisons de le laisser nous guider pour comprendre un présent qui, faute d’éthique et de mémoire, menace d’embrasements futurs. »

Christophe Chiclet dans Nouvelles d'Arménie magazine (juin) : « Mêlant le temps du génocide au nôtre, Olivier Delorme nous entraîne d’Istanbul à Tiflis, de la Vienne des années 20 à Athènes. D’ailleurs, l’intrigue se termine dans une capitale grecque ravagée par la crise économique, par une austérité imposée par la finance internationale et européenne regroupées dans la tristement célèbre Troïka, depuis 2010. Bref, un polar historique haletant. »

Tigrane Yégavian dans France Arménie (juillet-août) : « Maîtrisant le récit grâce notamment à un excellent travail de documentation historique, l’auteur nous fait partager ses deux passions grecque et arménienne. Mais qualifier ce roman de polar historique serait un brin réducteur. (...) Delorme se veut grave et accusateur, dénonçant une nouvelle et sournoise dictature qui ne dit pas son nom. En cela, la légèreté des dialogues – et des péripéties sentimentales du héros – se heurte à l’âpre violence du réel. “ Allons admirer le chaos, peut-être trouverons- nous une solution ” dit un des personnages. C’est là tout l’intérêt de la démarche de l’historien – écrivain, dont l’architecture du roman, fluide et aérienne, abolit la frontière entre passé et présent, mais aussi celle de la double appartenance sexuelle et identitaire (française et arménienne). Reste l’amour donc, comme ultime naufrage. »

mardi 13 mars 2018

Je serai au Salon du livre de Paris

en dédicace, sur le stand de la Fondation hellénique pour la Culture et de la Librairie hellénique Desmos (stand K88), le dimanche 18 mars de 16h00 à 18h00.

Il devrait y avoir tous mes romans (sauf Les Ombres du levant, qui n'est plus disponible qu'en édition électronique chez H&O, et sauf Tigrane l'arménien, dont j'ai le plaisir, du coup, de vous annoncer la reparution dans la collection de poche d'H&O, au mois de juin prochain) et bien sûr les trois tomes de La Grèce et les Balkans, du Ve siècle à nos jours (Folio Histoire, Gallimard, 2013). En revanche, le stand étant institutionnel... on ne devrait pas pouvoir y acquérir les 30 bonnes raisons pour sortir de l'Europe.