OD

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Humeur : Se réjouir quand elle sort, et s’étonner que le corps humain puisse en contenir de si grandes quantités. » Le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert est un pur chef-d’œuvre et l’on jouit à coup sûr dès qu’on le rouvre. Jamais déçu !
Or donc, mon corps (et mon esprit) contenant de si grandes quantités d’humeurs (généralement malignes), je me suis dit que crever de temps en temps les furoncles où elles s’accumulent me procurerait un ineffable soulagement – précieux à mon équilibre général et donc à mon travail. Mais qu’on ne s’attende pas à trouver ici des humeurs subtiles : nulle objectivité, nulle périodicité ; que de la mauvaise foi erratique, de la polémique jaculatoire.
Un modèle ? le Bloc-notes de Mauriac bien sûr, relevant le 14 novembre 1953, à propos du président du Conseil Joseph Laniel, qu’« il y a du lingot dans cet homme-là », ou le 22 novembre 1954 qu’« il existe une haine singulière, chez nous, contre la prééminence de l’esprit ».
De sa création au 6 mai 2012, ce blog a eu comme tête de Turc celui qui a tenu lieu de président, durant cinq ans, à une République qu'il a si souvent caricaturée, défigurée, ridiculisée. Si cette pénible parenthèse s'est refermée, rien n'a pour autant significativement changé parce que le changement d'équipe ne s'est traduit par aucun réel changement de politique, parce que la capitulation inaugurale devant la chancelière de fer du Monsieur Prudhomme qui a succédé à Caligula a vidé cette alternance du sens qu'elle aurait pu avoir, parce que, du fait de cette capitulation, ce qu'est devenu l'Europe au tournant des années 1980-1990 - une machine à imposer aux peuples européens la loi d'airain du néolibéralisme et du libre-échangisme qui met en concurrence des travailleurs protégés et des semi-esclaves - continue à vider la démocratie de sa substance et à réduire l'exercice de la souveraineté populaire - l'élection - à un concours d'élégance chargé de désigner celui qui conduira la seule politique possible, une Europe au nom de laquelle, depuis 2009, on martyrise ce peuple grec qui m'est si cher et qui m'a tant donné...

mercredi 26 avril 2017

Macron ou le syndrome européen

En Grèce, En Marche ! s'appelle Potami (Le Fleuve) et Macron Théodorakis, mais c'était déjà allé trop loin en 2015 pour que les gens s'y laissent prendre. Alors il y a eu Tsipras qui, au final, a joué le même rôle.

En Italie, Macron s’appelle Renzi et c’est venu par un coup d’Etat intérieur au parti dit de gauche PDS ; ça c'est très vite usé.

En Espagne, Marcron s’appelle Rivera, En Marche ! porte le nom de Ciudadanos (Citoyens), et ça a suffisamment marché pour permettre à la droite de rester au pouvoir grâce au soutien faux-cul des socialistes.

Chaque fois, il s’est agi de faire croire qu’on faisait du neuf afin de donner un répit au vieil empire germano-européen en voie d’effondrement sur lui-même mais dont les peuples ne parviennent pas à comprendre qu’il faut se débarrasser pour retrouver des marges de maîtrise de leur propre destin. Chaque fois, il s’est agi de fournir une roue de secours au carrosse du désastre qui nous emporte à toute berzingue vers l’abîme.

Partout, ça s’installe grâce au ralliement de la nomenklatura affolée de voir le peuple remettre en question sa position dominante – son dû.

Partout, les très vieilles recettes, usées jusqu’à la trame, portées par des oligarques cacochymes blanchis sous le harnais de 40 ans d’échecs euro-ordolibéraux, avec le soutien des idiots utiles, se cachent derrière le même jeune visage lisse aux yeux vides. Avec en France, une touche hystérique de ridicule pseudo-messianique.

Tout ça avec l'argent de qui ? Comment monte-t-on en un rien de temps ce genre de mouvement kleenex ?

Avec, ici et maintenant, la muleta du pseudo-fascisme qu’on agite sous les naseaux du taureau pour être certain qu’il se précipite bien, avec l'élan voulu, droit sur l’épée du matador germano-bruxellois. Mais le vote Le Pen ne sort pas de nulle part, comme l'écrit si bien aujourd'hui Jacques Sapir, et, nonobstant les jappements frénétiques de toutes les sortes de chiens de garde, on ne fait pas barrage avec la politique qui ne cesse depuis des lustres d'amener l'eau au moulin du FN.

Enfin si ça ne marche pas, derrière, il y a toujours celui qui fait croire qu’une "alternance à gauche" est possible, mais qui, comme il ne veut pas/ne peut pas (intellectuellement) rompre avec le dogme européen, est/sera broyé (avec ou sans son consentement) pendant qu'il croit négocier quelque chose, par des moyens de coercition financiers et monétaires préparés de longue main à l'usage de ceux qui croient encore, après l'expérience grecque, que parce qu'ils sont eux et parlent haut, on les écoutera.

Mais dans ce cas-là aussi c’est bingo puisque, comme en Grèce, le système germano-européen tue toute idée même de "gauche" pour au moins 30 ans : anthropologiquement plié, comme l'écrit l'ami Panagiotis Grigoriou.

Car il n'y a rien à négocier ; il n'y a qu'à partir ou à subir.

La seule solution pour briser ce cercle infernal et vicieux qu'on nous présente comme le cercle de la raison, c'est d'expliquer clairement avant d'arriver au pouvoir pourquoi et comment il faut en sortir, c'est de le rompre en arrivant au pouvoir par des mesures immédiates et radicales de sauvegarde – à commencer par le rétablissement de la monnaie nationale et le contrôle des changes. Et puis ensuite on négocie : les termes du divorce. C'est-à-dire la seule chose qu'il y a à négocier avec ce bastringue européen. Faute de quoi on est cuit. Qu'on le veuille ou non, qu'on en ait conscience ou non.

Il n'y a ni réforme possible ni issue démocratique dans le cadre du carcan européen : un carcan, ça se brise ou on y crève.

lundi 24 avril 2017

Lendemain d'élection

Macron rassemble ce soir moins de 25 % de 80 % des inscrits : légitimité d'une huître.

Il ne gagnera de toute façon que par défaut. S'il gagne. Ce dont je ne suis nullement convaincu.

Une grande partie des électeurs de tel ou tel n'ira pas voter et comme l'a montré une récente étude l'abstention différentielle risque de lui faire très mal.

De toute façon sa victoire ne sera que mathématique, pas politique. Et avec quelle majorité gouvernera-t-il ? Un président de la Ve république (qui n'a rien d'une "monarchie présidentielle") n'a que bien peu de pouvoirs sans majorité parlementaire.

Tout cela ne fait que commencer.

Soir d'élection

Pour moi, trois leçons du scrutin d'aujourd'hui.

1/ L'élection présidentielle reste l'élection de loin la plus mobilisatrice en France. Qu'on s'en félicite ou qu'on le déplore, c'est ainsi. Il est du coup très contradictoire de vouloir gagner cette élection tout en refusant d'incarner la fonction à laquelle elle donne accès puisqu'on annonce vouloir détruire cette "monarchie présidentielle" qui n'existe pas. Elle n'existe pas car la Ve République n'est pas une monarchie présidentielle mais un parlementarisme rationalisé : le président de la République n'a guère de pouvoirs sans majorité législative comme l'ont prouvé les 3 cohabitations passées et comme le prouvera la prochaine qui pourrait bien ne guère tarder.

2/ Dans une période où une grande partie de l'électorat attend plus de sécurité, plus de protection, c'était à mon avis une erreur fondamentale de mettre en avant un "processus constituant" des plus fumeux et des plus inutiles en plus d'être totalement insécurisant, puisqu'il prive de vision d'avenir sur la manière dont le pays sera gouverné. Ceci alors que la Constitution sous laquelle nous vivons depuis 1958 est à la fois démocratique, souple et efficace. On pouvait aller au peuple avec un programme précis de révision constitutionnelle (quel qu'en soit le contenu et j'ai, comme tout le monde, mon avis sur la question). Le jeu de la table rase institutionnelle, alors que la question institutionnelle n'est en rien au centre des préoccupations des Français, qui savent bien qu'aujourd'hui l'essentiel des solutions à leurs problème est ailleurs, était à la fois inutile et risqué.

3/ On a raté dans cette campagne l'enjeu majeur qui était de proposer clairement une sortie de l'euro et de l'UE par la gauche. Avec le temps de parole que supposait la participation à cette élection, on disposait du moyen d'enclencher la pédagogie nécessaire à cette sortie, en expliquant clairement pourquoi aucune autre politique n'est possible dans l'UE et que cette UE est irréformable. Je ne partage pas l'idée selon laquelle ce discours-là aurait conduit à un suicide électoral parce que je pense qu'une très large partie de l'opinion est prête à l'entendre et qu'on ne reconquerra pas l'électorat parti au FN sans le tenir. On a préféré rester dans l'illusion du Plan A et le totalement fantomatique Plan B, sous prétexte de nécessité de conquérir un électorat de toute façon hostile à une sortie. J'ai toujours été persuadé pour ma part, tout en risquant les foudres de mes amis Insoumis, qu'on ne peut gagner sur des équivoques et que, tant qu'à perdre, mieux vaut perdre sur des convictions clairement exprimées. Ce soir, on a perdu, mais on a perdu aussi l'occasion de faire la pédagogie de l'indispensable sortie qui serait si utile pour l'avenir. Et une fois encore on a abandonné le terrain de la souveraineté au FN qui, demain, pourra se targuer d'être le seul défenseur de la Nation face à l'euromondialisme et à son mandataire.

lundi 17 avril 2017

Oui au sultan

Erdogan a déjà mis sous surveillance ou en taule toute opposition.

Sous prétexte d'un coup d'Etat bidon, il a supprimé tout contre-pouvoir, réduit l'Etat, la justice, l'université au rang d'instruments dociles d'un pouvoir despotique et mégalomaniaque.

Il a racketté avec succès une UE lâche et consentante qui détourne pudiquement le regard sur ses crimes, laisse passer toutes ses provocations sans moufeter, tout en écorchant consciencieusement la Grèce qui lui fait face, une UE qui se fait insulter et menacer sans réagir autrement que par des paroles creuses, qui le laisse complaisamment transformer les communautés turques en cheval de Troie de l'islamisme (65,2 % de Oui en France, 60,6 % au danmark63 % en Allemagne, 70,3 % aux Pays-Bas, 73,2 % en Autriche, 77,1 % en Belgique...), des communautés turques qu'Erdogan appelle à faire des enfants pour conquérir les sociétés occidentales de l'intérieur ; une UE qui feint de croire qu'Erdogan combat Daesh alors qu'il l'a couvé, protégé, financé, qu'il a blanchi son pétrole revendu ensuite aux veules Européens que nous sommes, alors qu'Erdogan et Daesh qu'ils partagent la même idéologie - l'islamisme - et que les Turcs ne cessent de tirer dans le dos des Kurdes qui combattent Daesh...

Et vous pensiez vraiment qu'Erdogan pouvait perdre le référendum le transformant en sultan ?

jeudi 13 avril 2017

Tigrane l'Arménien : sortie le 4 mai

En mai 2008, nous participions, ma copine Marina Dédéyan et moi au salon du livre à La Gaude et, dans le même café littéraire où nous intervenions, sur le thème "Les grandes tragédies de l’Histoire : des bavures inexcusables ? Ou comment expliquer aux générations futures les erreurs du passé ! " (je venais de publier L'Or d'Alexandre où il est notamment question de la spoliation des collections juives par les nazis), une auteur dont je tairai le nom s'est mise à tenir des propos négationnistes sur le génocide arménien. Marina devait prendre un avion, elle est partie en me glissant à l'oreille : "je compte sur toi pour nous défendre".

Le lendemain, à l'aéroport de Nice, lorsque j'ai croisé la négationniste à gros tirages, j'ai senti que ma tête aurait volé à l'autre bout du hall des départs si ses yeux avaient été des yatagans.

Et je suis rentré à Paris en me disant que mon prochain roman tournerait autour du génocide arménien. Puis à la Comédie du livre de Montpellier, deux semaines plus tard, le père de Marina, m'a mis sur la trace de ces "Vengeurs" que le parti arménien socialiste révolutionnaire Dachnak lança, après la guerre, les Alliés n'ayant pas tenu leur promesse de punir les responsables turcs du génocide, à la traque des principaux d'entre eux, dont plusieurs furent éliminés...

J'ai commencé d'écrire Tigrane l'Arménien à Nisyros durant l'été 2008. Puis est arrivée la commande de Gallimard pour La Grèce et les Balkans qui a occupé cinq ans de ma vie. J'ai rangé Tigrane dans un tiroir.

Lorsqu'il en est ressorti, en 2014, j'avais changé ; le monde aussi. J'ai remis Tigrane sur le métier. Il n'était pas fini pour les cent ans du génocide. J'ai dû en terminer l'écriture au cours de l'été suivant - toujours à Nisyros.

Après 5 romans et quelques autres livres, j'ai alors pensé, en accord avec mes amis d'H&O, que le moment était peut-être venu de tenter une nouvelle aventure avec un autre éditeur, dont le diffuseur aurait une plus grande "force de frappe". J'ai cherché, essuyé des refus. Je l'ai fait lire à Geneviève Perrin qui m'a aidé, par ses précieux conseils, à comprendre certains défauts du manuscrit ; j'ai rencontré Colette Lambrichs, de La Différence, qui a tout de suite été enthousiaste - moyennant quelques retouches sur les mêmes problèmes que Geneviève avait identifiés.

Ce roman emmêle deux temps, celui du génocide et des Vengeurs, le nôtre - notamment dans La Grèce malmenée par l'Union européenne. Et voilà, il sera le 4 mai en librairie. Je serai avec lui à la Comédie du livre de Montpellier (retour aux sources !) les 20 et 21 mai, je le présenterai et le signerai le vendredi 9 juin à la Librairie Ithaque (73 rue d'Alésia, Paris 14e, métro Alésia), et sans doute à la fin de l'été chez Iannis et Odile Brehier à la librairie Lexikopoleio à Athènes... en attendant, j'espère, d'autres escales.

Mais si j'écris ce post maintenant, c'est qu'une longue période se termine ce soir : je viens de tenir entre mes mains le premier exemplaire d'auteur - tout juste sorti des presses. Au sixième roman, c'est toujours la même émotion, la même joie de tenir, enfin, l'Objet entre ses mains. C'est la fin, la matérialisation d'un long processus ; c'est le début d'une nouvelle aventure.

mercredi 12 avril 2017

Cette fois, l'apocalypse est bien pour demain !

Bon demain, priorité : remplir la baignoire de charbon (on a le chauffage central, mais ça ne marchera plus l'hiver prochain !), vider le débarras pour faire rentrer des meules de roquefort et de gruyère, virer les bouquins pour faire rentrer du pinard, on mettra les patates sous les lits...

Vous me direz que, toute façon, faire la queue devant les épiceries, ça occupera les gens, puisqu'ils seront tous au chômage ! Et puis au moins, la fabrication des tickets ça relancera l'industrie du papier !

Sans compter qu'après à peine 6 mois de Mélenchon, c'est la Roumanie et la Pologne qui demanderont l'abrogation de la directive "travailleurs détachés" pour empêcher l'afflux chez eux de plombiers français !!!

Manifestement, depuis que le Banquier, dont l'élection devait être assurée par la présence de Marine Le Pen au 2e tour, n'est plus si certain de ne pas être éliminé au 1er, la Nomenklatura perd les pédales. Car le FN, même s'il finissait par accéder au pouvoir (ce qui après 5 ans de présidence du Banquier ne manquerait pas d'arriver), ils s'en accommoderaient : n'est-ce pas ces gens-là on les contrôlera bien toujours et au fond, on est du même bord... "Ce crétin, on le mènera par le bout du nez" disaient-ils déjà au bon temps du Parti de l'Ordre de Louis-Napoléon Bonaparte avant le coup d'Etat. Mmais alors le Bolcho, le Partageux... ça ça leur fout vraiment les jetons ! Plutôt Hitler que Blum disait déjà leurs grands-papas !

Les chars soviétiques seraient déjà en route et la Corée du Nord, à côté de la France de Mélenchon, fera figure de vert paradis où coule le lait et le miel... Vous me direz qu'on pourra toujours manger les grenouilles et les criquets qui s'abattront en nuages compacts sur le pays.

Aussi Pépère a-t-il cru bon de mettre en garde ses compatriotes - vous et moi - contre le vote Mélenchon. C'est vrai qu'il est le mieux place monsieur "mon ennemi c'est la finance" pour dire qu'il ne faut pas s'arrêter aux discours et considérer le fond d'un programme.

Du coup, j'attends avec impatience la déclaration de Juncker avertissant les Français que les dirigeants des autres planètes lui ont confié que si jamais ils votent Mélenchon, la Seine va virer au rouge (et pas le gros qui tache : ça, ça ne fait pas peur à Jean-Claude !) tandis que des langues de feu calcineront les vignobles de Champagne (et ça, Jean-Claude, il ne s'en remettrait pas !)

On dit aussi que notre chancelière à tous pourrait estimer nécessaire de donner ses instructions au peuple français en plus d'avoir adoubé ses candidats acceptables. Schäuble, le ministre des Finances du Reich, a quant à lui déjà fait part de son choix : le Banquier. Et papa Schultz, le social-démocrate a pour sa part déclaré (comme on pourra le lire sur l'excellent blog de l'excellente Coralie Delaume) qu'il "n'assouplirait pas la position pro-austérité de l' Allemagne s'il était désigné comme chancelier cette année". Voilà pour les gogos qui croient ou feignent de croire qu'on peut changer quoi que ce soit, de l'intérieur, par une négociation ou un Parlement de plus, au fonctionnement de ce machin tueur de démocratie et d'emplois, qui fonctionne au seul avantage des retraités allemands et qui se nomme Union européenne. Et voilà qui nous rappelle à point nommé qu'on ne réforme pas un carcan ; un carcan, on le brise ou on y crève.

En réalité, ce que nous voyons reparaître, depuis que la courbe d'intentions de Mélenchon converge avec celle du bancocrate candidat des Nomenlaturas, c'est le syndrome de 2005 se précise : les Nomenklaturas s'affolent, elles déraillent, elles délirent et ne savent plus trop comment provoquer la salutaire trouille... comme en 2015 en Grèce, comme pour le Brexit, comme pour imposer Clinton en choix unique.

Rien appris, rien compris, comme ceux de Coblence.

Il fallait entendre hier l'inénarrable Nicolas Doze annoncer au peuple tremblant que le programme de Mélenchon était contraire aux "lois éternelles de l'économie", sans doute remises à Moïse sur le Sinai, en même temps que le Décalogue. Il fallait entendre la si vieille et increvable caricature de prétention et de mépris pour la populace qu'est Catherine Nay se lamenter sur l'irresponsabilité d'une augmentation des minima sociaux, sur la gratuité de la cantine et se scandaliser qu'on puisse vouloir faire payer les riches plus qu'avant. Il fallait l'entendre parler de Ritsos, cité par Mélenchon en conclusion de son discours de Marseille, comme d'un bisounours : elle a entendu parler de Chavez mais apparemment pas des camps de concentration des Colonels. Il fallait voir déflocquer le pauvre Barbier si fier, il y a peu, de poser entre le Banquier et sa femme.

Ils n'arrivent pas à percuter que les électorats sont entrés en insurrection contre la politique unique eurogermaine incarnée par Fillon-Macron-Hamon, que leur stratégie de la trouille - ce sera l'Apocalypse si vous votez X,Y ou Z - est totalement contre-productive (pour eux) dans pareille situation.

On peut avoir toutes les réserves qu'on veut sur Mélenchon et son programme. J'en ai. J'attends toujours qu'il dise enfin clairement qu'il n'y a aucune négociation possible dans le cadre de l'euro et de l'UE. Je pense que la VIe république est une dangereuse chimère, qu'un processus constituant est aussi aventureux qu'inutile. La Ve est un régime mixte (présidentiel et parlementaire) qui convient à notre tempérament national, car contrairement à ce qu'on dit le président ne peut rien sans le Parlement. C'est un régime démocratique mais qui permet de gouverner : le 49-3 lui-même est là pour empêcher les députés de censurer de manière irresponsable le gouvernement, s'ils n'ont pas une majorité de rechange ou s'ils ne veuelnt pas retourner devant les électeurs (dissolution). C'est un régime souple et qu'i l'a prouvé lors des trois cohabitations.

Or pour gérer la sortie de l'euro et de l'UE, il ne faudra pas avoir la main qui tremble : les marchés financiers commencent à le faire savoir ! Et la Constitution de la Ve permettra à un gouvernement de prendre vite les décisions qu'il faudra prendre pour contrer la spéculation. Tandis que le concours Lépine de la démagogie en quoi se transformera immanquablement une Constituante ne fera qu'affaiblir l'exécutif et dfera diversion quand toutes les énergies devront être tendues vers l'essentiel. Car de deux choses l'une : ou Mélenchon appliquera son programme, incompatible avec le maintien dans l'euro et l'UE qui sont irréformables et il faudra donc sortir de l'euro et de l'UE (le Plan A est une foutaise et le Plan B conduira forcément à la fin de l'euro et de l'UE car il n'y aura ni euro ni UE sans la France), ou bien il n'en a pas l'intention et c'est Tsipras qui nous attend.

Institutionnellement, il suffit donc de retouches techniques : durcissement du régime des incompatibilités, de l'égibilité, limitation des mandats successifs, remplacement du désastreux quinquennat par un septennat non renouvelable afin de redonner de l'importance au Parlement et aux élections législatives (le président est un arbitre un garant, il n'est pas le chef du gouvernement), abrogation des révisions de convenance européenne, réforme du Sénat pour en faire une chambre représentant les diversité de la société, introduction d'une dose de proportionnelle, extension du domaine du référendum...

Mais l'essentiel n'est pas là. On peut avoir la meilleure Constitution du monde, si on a perdu sa souveraineté, si les lois et les orientations économiques et sociales sont décidées à Bruxelles, comme aujourd'hui, hors de tout contrôle démocratique, soi on n'est pas maître de sa monnaie, la meilleure Constition du monde ne servira à rien.

Il n'est donc pas question ici de dire que Mélenchon a toutes les bonnes solutions et que son accession au pouvoir réglerait tous les problèmes (pour ma part, j'hésite encore entre Asselineau qui exprime le plus clairement et de la manière la plus cohérente l'impératif d'une sortie de l'euro, de l'UE et de l'OTAN et Mélenchon, mais s'il est en position d'être au second tour, je passerai probablement sur mes réserves). Il est question de dire que l'hystérie qui s'est emparée des Nomenklaturas politique et médiatique ces derniers jours est aussi ridicule que révélatrice. Et ce qu'elle révèle, une fois de plus, c'est qu'en régime d'Union européenne la démocratie n'est plus acceptable que si les électeurs donnent des réponses conformes à celles qui sont requises pour continuer la même politique, et qu'ils élisent des représentants qui, quelles que soient leurs convictions affichées, conduiront docilement cette même politique.

samedi 8 avril 2017

Romaric... le retour !

Romaric Godin, un des seuls vrais journalistes de presse écrite de ce pays, qui officiait jusque-là au service macro-économie de La Tribune, service opportunément fermé par le racheteur du titre, un patron dans le nettoyage de surfaces (et apparemment dans le nettoyage de rédactions également), a choisi de recouvrer sa liberté. En attendant de retrouver un média qui accepte cette plume compétente et non asservie à la pensée unique de la Propagandastaffel, si cela existe encore, il a ouvert un blog.

Et bien sûr, je vous le recommande : les trois premiers papiers, dont un sur le Portugal et un sur la Grèce, sont bien entendu à lire !

Mouchoir de poche

Un sondage ne signifie rien, une série de sondages donne des tendances et des ordres de grandeur.Je sais qu'on peut m'objecter que les sondages sont faussés, truqués, biaisés par le capital qui contrôle les instituts, qu'ils fabriquent le vote et sont faits pour cela : je ne partage pas cette argumentation-là, en tout cas pas en France et pas dans les proportions présumées par ce genre d'analyse. En Grèce, par exemple, c'est autre chose, comme l'ont montré les récents scrutins où des manipulations de grande ampleur sont, me semble-t-il évidentes. Il n'en va pas de même dans des pays où la tradition sondagière est plus ancienne et la déontologie plus enracinée. Même si les biais existent, notamment dans les méthodes et l'ampleur des redressements. Ainsi ai-je fait un cours dix jours avant les présidentielles américaines, montrant que, si on prenait la moyenne des sondages dans les swingstates, le plus probable était que Clinton gagne en voix et Trump en fait. Bref, il ne faut pas chercher dans les sondages des vérités, des images exactes, plutôt des tendances, des probabilités.

Or, ce que montrent les rafales de sondages depuis une dizaine de jours c'est, me semble-t-il, essentiellement, la convergence des courbes de quatre candidats.

Les trois derniers par exemple donnent un écart de 5,5 %, 6 % et 4 % entre les 1ers (Macron et Le Pen, séparés par un écart inférieur à la marge d'erreur, donc en réalité ex-aequo - l'un de ces trois sondages les donnent d'ailleurs à égalité) et les 2 suivants (Fillon et Mélenchon séparés par un écart inférieur à la marge d'erreur, donc en réalité ex-aequo - l'un de ce trois sondages les donnent d'ailleurs à égalité) et ceci alors que les indécis restent bien plus nombreux que dans les scrutins présidentiels précdents à la même distance du 1er tour.

Tout cela suggère un électorat déboussolé, en colère ou en crainte d'une rupture, liquide, qui peine à se fixer et se tourne vers l'un puis vers l'autre. Tout cela rend possible ce que je pense et écris, ici et ailleurs, depuis la fin 2016 (même si je n'y ai plus trop cru en février quand les choses semblaient se polariser pour les premiers et que l'effet primaire donnait l'illusion d'un Hamon haut) : qu'on pourrait arriver le jour du scrutin avec 4 candidats dans un mouchoir de poche, dont l'ordre d'arrivée serait à peu près aléatoire (sinon que je pense que Le Pen sera plus proche de 30% que de 25 %), et que le fait d'avoir, au second tour, les deux candidats de la colère devant les deux candidats de la trouille d'une rupture, celui des privilégiés de l'euro-mondialisation heureuse libérale-libertaire et celui des privilégiés de l'euro-mondialisation chagrine, âgés et réactionnaires, n'est nullement à écarter.

vendredi 7 avril 2017

Trump, il en a !!!

Et tous les gogos d'applaudir à la politique de la canonnière qui n'a jamais mené qu'à des catastrophes plus graves que celles qu'elle prétendait régler, qui a permis de bâtir l'Etat mafieux du Kosovo, sous protectorat euro-américain, réservoir d'armes inépuisable pour les réseaux criminels et terroristes opérant dans toute l'Europe, paradis de tous les trafics (y compris celui d'organes d'êtres humains... dans l'indifférence totale des grands humanistes des Etats-Unis et de l'UE...), et aujourd'hui base importante d'entraînement du djihaddisme, politique de la canonnière qui a ensuite jeté l'Irak puis la Libye dans le chaos...

Trump a donc frappé... une base aérienne, probablement évacuée quelques heures avant, afin de gagner 2 ou 3 points dans les sondages en montrant à son opinion qu'on est un vrai cow-boy qui en a et qui n'est pas "vendu aux Russes", comme certains tentent de le prouver à l'intérieur de l'appareil d'Etat américain? Pour montrer à son complexe militaro-industriel qu'on peut compter sur lui pour envoyer de temps en temps quelques missiles à 600 000 dollars l'unité ? Les menaces qui viennent de l'intérieur de l'Etat américain contre Trump ont sans douté joué un rôle important sinon déterminant dans cette affaire. Il est devenu évident, ces dernières semaines, que le rapprochement possible avec la Russie est insupportable à l'Etat profond américain et Trump n'a sans doute pas envie de terminer inpeaché ou assassiné...

En tout cas, les roquets européens respirent : le maître américain a montré ses muscles, et ils aiment ça ! Quelles qu'en soient les motivations et les conséquences. Et bien sûr en oubliant que les interventions au Kosovo ou en Irak ont été légitimées par des montages et des mises en scène.

Rappelez-vous la mise en scène du "massacre de Racak" qui amorça l'engrenage de la guerre illégale faite à la Serbie alors que la mission OSCE était dirigée par un général américain ancien de l'aide aux contras. Le 24 mars 1999 lord Robertson, secrétaire anglais à la Défense (et futur secrétaire général de l’OTAN) reconnut aux Communes que « jusqu’à Račak, l’UÇK était responsable de plus de morts que les autorités yougoslaves ». Souvenez-vous des dessins à la Tintin et des petites bouteilles d'agent chimique (déjà !) de Colin Powell au Conseil de sécurité...

Peu importe : Trump qui était hier un horrible irresponsable populiste pro-horrible-Poutine redevient leur héros. Ils ont de nouveau quelqu'un à qui se soumettre : ouf ! Ils ont enfin retrouvé leurs marques !!!

Pour le reste, ce n'est certainement pas en tirant 50 missiles qu'on règlera quoi que ce soit. Et si Assad recommence - Assad ou ses ennemis, car le chlore, les islamistes peuvent parfaitement le manipuler (probablement pas le sarin), et ils peuvent très bien avoir bombardé les populations qu'il contrôlent pour faire accuser Assad... personne n'en sait rien -, on fait quoi ? On double le nombre des missiles ? Jusqu'à quelle hauteur ??? On pourrait aussi vitrifier Damas, non ?! Tout cela relève de la gesticulation sans queue ni tête.

Tout cela montre surtout et une fois de plus que les Etats-Unis se foutent de l'ONU dès lors que l'ONU n'est pas à leurs ordres - quel que soit le président.

dimanche 2 avril 2017

L'impasse grecque : troisième volet de mon papier à lire sur l'Arène nue

L'amie Coralie Delaume publie aujourd'hui sur son blog, L'Arène nue, le troisième article consacré à la triple impasse - tragique - dans laquelle les politiques de l'UE ont enfermé la Grèce depuis 2009-2010. Il est consacré, après l'impasse économique et l'impasse géostratégique à l'impasse politique - une impasse ô combien dangereuse, qui a été méthodiquement "construite" par l'Union européenne, non par hasard, non parce qu'elle a dévié de ses principes et qu'il faudrait la "réorienter" ou la réformer, mais en application de l'idéologie qui est, depuis l'origine, sa seule "nature" et sa seule motivation..

Sur le même thème, on lira avec profit le dernier papier de blog - particulièrement désespéré et désespérant - de Panagiotis Grigoriou (aidez-le, si vous le pouvez) !).

Rappelons enfin, puisque c'est le moment des réservations pour l'été, que Chrys et Panagiotis vous proposent de découvrir autrement, avec Grèce Terra incognita qui augmente cette année son offre, à pieds, en voilier ou en voiture, Athènes et l'Attique, les îles du Saronique ou les Cyclades, mais aussi la Thessalie connue ou cachée, que Panagiotis connaît parfaitement bien puisqu'il y a ses attaches familiales. Autrement parce que Panagiotis est ethnologue, historien, analyste acéré du présent de son pays et que Chrys et lui sauront mêler les plaisirs de vacances à la grecque et la découverte de la vraie Grèce, dans ses traditions et sa vie contemporaine. Alors réservez !

mercredi 22 mars 2017

Rendez-vous dimanche au Salon du livre de Paris

La librairie Desmos animera cette année le stand grec (L78) du salon du livre, à l'initiative de la Fondation hellénique pour la culture avec le soutien du ministère grec de la Culture. Voici le programme des présences sur le stand :

Plusieurs écrivains et traducteurs seront présents.

- Vendredi 24 mars, de 15 h à 18 h: le poète et traducteur Constantin Kaïteris présentera ses traductions d'Elytis, Embiricos, Engonopoulos et Valaoritis.

- Samedi 25 mars, de 15 h à 18 h: Vassilis Alexakis, Rhéa Galanaki et Yannis Tsirbas dédicaceront leurs livres sur le stand.

- Samedi 25 mars, de 18 h à 19 h, salle Pégase, débat sur La littérature grecque en temps de crise, avec les écrivains Rhéa Galanaki et Yannis Tsirbas, avec les traducteurs Loïc Marcou et Michel Volkovitch et Yannis Mavroeïdakos, directeur de la revue Desmos-Le Lien, ainsi que Katerina Fragou, agent littéraire.

- Dimanche 26 mars, de 15 h à 18 h, j'y serai, avec La Grèce et des Balkans du Ve siècle à nos jours ainsi qu'avec mes romans (mais pour ne pas "choquer" les sponsors, les 30 bonnes raisons n'y seront pas... On devrait faire en revanche une signature conjointe, à la librairie, de ces 30 bonnes raisons pour sortir de l'Europe et de mon prochain roman, Tigrane l'Arménien, à paraître à La Différence début mai : à suivre...).

		

mardi 21 mars 2017

C'est Macron qu'ils nous fourguent

Macron TV qui a commandé un sondage à Macron sondage annonce que Macron est le plus convaincant et le plus présidentiel des présidentiables. On espère que cette nouvelle capitale sera relayée sur Macron Inter, Macron Culture, Marcon Libé, Macron Le Monde, Macron Le Point, Macron L'Express, Macron Match, Macron Les Echos, Macron L'Opinion... car c'est tout de même une information capitale à l'issue d'un débat dont on été exclus par les Macron sondages, 6 des 11 candidats victimes d'une scandaleuse rupture d'égalité d'accès à l'électeur.

Mais ça n'est pas grave puisque le Macron système a déjà désigné le Macron président. Et puis comme de toute façon, c'est Berlin qui décide, on s'en tape.

Et de ce côté-là c'est plus blindé qu'un char Tigre, si vous voyez ce que je veux dire, puisque le SPD et la CDU ont dit que c'est Macron qu'il nous faut !

De mon côté, j'étais dispensé : javais Philharmonie. Monteverdi, Orfeo, Les Arts florissants, c'était tout de même autre chose que ce guignol organisé par les puissances d'argent pour faire croire qu'on est encore en démocratie, entre des leurres destinés à perpétuer le système cinq ans de plus... le tout en éliminant plus de la moitié des candidats : déni flagrant de démocratie que tout démocrate conséquent aurait dû boycotter. Car enfin, soit seuls les candidats désignés par les sondeurs ont le droit d'accès à l'électeur, et alors on a qu'à interdire aux autres de se présenter - ce qui, au moins, aurait le mérite de la clarté - , soit les candidats remplissant les conditions pour se présenter doivent concourir dans des conditions d'égalité.

L'égalité, pas d'équité. L'égalité c'est mesurable, l'équité, ça dépend qui en juge. C'est un concept caoutchouteux qui permet d'éliminer tous ceux qui dérangent. Et la loi des solfériniens substituant l'équité à l'égalité dans la campagne présidentielle est à ranger parmi les lois scélérates.

lundi 20 mars 2017

Parce que c'était lui... Au revoir à un ami !

En 2005, l’association des "Bisqueers roses de Reims" m’avait invité, à l’occasion de son festival culturel gay et lesbien, à présenter mon dernier roman, La Quatrième Révélation, dans le cadre d’un forum de la FNAC. Nous étions là trois auteurs, je crois, et après les présentations et les questions du public, les échanges se prolongeaient par petit groupes quand une dame s’approcha de moi et me demanda si j’aurais la gentillesse d’aller parler au monsieur qu’elle accompagnait et qui se trouvait près de la sortie. Le monsieur en fauteuil roulant.

Josine me raconta plus tard que c’est elle qui, me trouvant un air sympathique, avait dit à Michel qu’elle irait me chercher, alors que lui, qui avait lu – et aimé – mes trois derniers romans, ne voulait pas qu’on me dérangeât. Je suivis Josine et arrivai devant Michel Robert. Sa voix n’était pas très forte et je m’accroupis, comme par réflexe, devant son fauteuil à la fois pour mieux entendre ce qu’il disait en raison du brouhaha ambiant et pour parler en face à face. Nous discutâmes, de mes romans, de sa lecture, assez longtemps je crois. Nous échangeâmes téléphones et adresses électroniques.

Puis, au moment où j’allais le quitter, Michel lâcha : « En tout cas, je vous remercie d’avoir accordé du temps et de l’attention à quelqu’un comme moi ». Je restai interdit un instant :

– Comment ça, comme vous ?

– Ben oui, un handicapé.

– Comment ça, un handicapé ? J’ai échangé avec un lecteur, pas avec un handicapé, et avec un lecteur qui m’a parlé de mes livres d’une manière qui me touche…

Ces quelques mots que Michel venait de me dire se sont mis à tourner dans ma tête. Ils ont amorcé un dialogue, une amitié. Nous avons pris l’habitude de nous téléphoner, nous sommes allés le voir, quelquefois, à Ay, où les larges baies vitrées d’un appartement plein de livres et de beaux objets donnent sur le canal. Il est venu me voir à Paris, pour des salons du livre, à la maison. Mais comment diable avait-il pu penser que, parce qu’il était handicapé, je ne lui aurais pas accordé la même attention qu’à un autre lecteur ? J’ai fini par lui poser la question. Il m’a répondu qu’un de mes « collègues », un jour, dans une circonstance identique, l’avait envoyé paître à peine poliment. Puis à force de questions, il m’a, par petites touches, raconté les regards qui se détournent, les réflexions désobligeantes saisies au vol, les gestes d’inattention ou de malveillance qui blessent, qui compliquent l’existence, empoisonnent le quotidien.

Josine, elle, m’a dit combien il avait été ému par ce que j’avais fait naturellement, par réflexe : m’accroupir pour que nous soyons à la même hauteur d’homme. Combien il m’en était… reconnaissant. Josine est son auxiliaire de vie – drôle, truculente même, pleine de vitalité communicative et d’attentions, sans en avoir l’air. Une sacrée bonne femme, pour laquelle je me suis senti en même temps une solide sympathie et une robuste admiration.

Tous mes livres sont nés d’un coup au cœur, d’une colère, de la volonté de rendre la parole à des hommes auxquels on l’a enlevée. Rapidement, après notre première rencontre et ses mots qui m’avaient interloqué, je me suis dit que mon prochain roman aurait un handicapé pour héros. Littérature, télé, cinéma, le handicap était alors absent de la fiction en France. L’Or d’Alexandre est paru en 2008, trois ans avant Intouchables.

Alors un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et décroché le téléphone. J’ai expliqué à Michel ce que je voulais faire. Un thriller historique, dans la veine de mon précédent roman, autour du vrai et du faux en art et en archéologie, avec le Louvre (où je venais de passer un an) et le monde des galeristes en toile de fond, dont un handicapé serait le… moteur. Il ne s’agissait pas de raconter la vie de Michel, et je ne voulais pas faire larmoyer Margot sur un « pauvre handicapé ». Je voulais écrire un livre de suspense, d’action, d’amour dans lequel le lecteur se rendrait compte soudain, après une centaine de pages, que le personnage qui mène le jeu vit dans un fauteuil. Je voulais aussi écrire un livre vrai. J’ai expliqué à Michel que je ne pourrais l’écrire s’il ne me disait pas tout. Tout ce qu’était sa vie. S’il ne répondait pas à mes questions, à toutes – les plus naïves, les plus stupides, les plus intimes, les plus désagréables. Je crois vraiment qu’il n’a pas hésité un instant avant de me dire que, bien sûr, il était partant.

Michel était tétraplégique. Il avait perdu l’usage de ses quatre membres à la suite d’un accident d’automobile : fracture des vertèbres C6-C7 ; ses triceps ne marchaient plus, il ne pouvait se mouvoir seul ; mais ses biceps et la pince pouce-index fonctionnaient encore. Il m’a tout raconté : le réveil après l’accident, la souffrance physique, l’angoisse, la volonté de disparaître quand on apprend qu’on ne vivra plus jamais comme avant, la rééducation, les espoirs et les déceptions, la douleur de la dépendance, l’incontinence fécale ou la constipation, les crises d’hypertonie spastique (la jambe qui se tend soudain hors de tout contrôle), le rapport à une sexualité qu’il ne pouvait plus vivre… Il a toujours répondu scrupuleusement à toutes mes questions, sans fausse pudeur, sans jamais éluder, même s’il pouvait souffrir d’avoir à y répondre, même si je ne faisais preuve d’aucune « pitié » pour tenter d’appréhender son vécu dans toutes ses dimensions. Et puis il y avait son rapport avec Josine, qu’il n’appelait jamais que « Madame Deplanque »…

J’ai écouté, regardé ; j’ai fait mon boulot de romancier : digérer, reconfigurer, écrire. Dans L’Or d’Alexandre, Philippe doit tout à Michel et Malika Cherfi doit beaucoup à Josine ; mais Philippe est Michel justement parce qu’il n’est pas Michel. Éviter tout pathos, oser l’autodérision, ou l’autocruauté, qui me frappaient dans certaines de ses remarques. Oser faire sourire de certains mots, maux, situations où le drame le dispute à la comédie.

Encore fallait-il passer l’épreuve de sa lecture. Il attendait impatiemment le manuscrit – probablement aussi avec appréhension. Mais il ne m’en a jamais rien dit. Lorsque j’eus mis le point final, je lui précisai que – évidemment – il pouvait corriger tout ce qu’il voulait, que je supprimerais sans discuter tout ce qu’il pouvait juger inutile ou inopportun. Ce livre n’aurait pas existé sans lui, il ne pouvait exister s’il avait ne fût-ce qu’une réticence à son égard. Il aurait juste à dire et je m’exécuterais. Je n’ai pas eu longtemps à attendre – sur des charbons ardents – son coup de téléphone. Enthousiaste, ému. Il ne m’a fait qu’une seule remarque : j’avais écrit que le coussin anti-escarres était rempli d’eau, alors qu’il était gonflé à l’air, composé d’œufs indépendants les uns des autres, qui se mettent parfois de travers, nécessitant d’être un peu soulevé pour se retrouver d’aplomb.

Naturellement, L’Or d’Alexandre porte une dédicace : « À Michel Robert. Sans son amitié, son courage et sa confiance, ce livre n’aurait pas existé ». Et jamais dédicace ne fut plus justifiée.

Michel a suivi ma tournée de promotion avec une curiosité gourmande. Le soir de la remise du prix « Handi livres », il était plus impatient que moi. Et lorsque je l’ai appelé pour lui donner le résultat, je l’ai senti plus déçu que moi (cherchant à me cacher sa déception, pour me réconforter) et plus scandalisé que moi (il ne cachait pas sa colère) lorsque je lui ai expliqué que L’Or avait obtenu le vote de la majorité des membres du jury, mais qu’il était arrivé deuxième parce que le sponsor du prix, qui avait voix double, avait inversé l’ordre…

Reste que, pour nous deux, je crois, L’Or d’Alexandre fut une intense aventure humaine – qui vaut largement tous les prix.

Durant les années qui suivirent, notre dialogue s’est poursuivi, à distance le plus souvent. Il m’interrogeait toujours sur ce que j’étais en train d’écrire, il était impatient de lire le prochain roman, ennuyé, je crois, que j’aie consacré tant de temps à La Grèce et les Balkans, ce qui me distrayait de l’écriture romanesque. Je lui ai raconté Tigrane l’Arménien au téléphone : mon prochain roman aura mis trop de temps pour trouver son éditeur. Michel ne pourra pas le lire.

Vendredi dernier, j’étais à Montpellier pour faire une conférence à l’invitation du collectif local de soutien au peuple grec. Et j’ai passé le samedi avec Henri et Olivier, mes amis de H&O qui ont édité mes cinq derniers romans et mon récent essai sur l’Europe. Pendant des années, Michel a acheté tout ce qui sortait chez H&O – la lecture était un des moyens essentiels par lequel il restait présent au monde. Mais à eux comme à moi, Michel disait depuis quelque temps qu’il avait de plus en plus de mal à lire, à se concentrer pour lire. Il avait aussi partiellement perdu l’usage de ses « pinces » ; il avait de plus en plus de mal à conserver un intérêt pour la vie. Sa famille, ses petits-neveux dont il m’avait raconté à plusieurs reprises la joie qu’il éprouvait à les emmener au Louvre, demeuraient pour lui un point d’ancrage essentiel.

Samedi dernier, nous avons constaté, Henri, Olivier et moi que nous n’avions pas de nouvelles récentes de Michel. Depuis plusieurs semaines, je me disais que je manquais à notre amitié, que j’avais laissé passer top de temps. Et puis les urgences, la vie… À Henri et Olivier j’ai dit : « Impérativement, je l’appelle lundi ». Mais dimanche, en rentrant de Montpellier, j’ai reçu un message de Josine. Je l’ai rappelée avant même d’arriver à la maison : la veille, alors que nous parlions de lui à Montpellier, Michel avait eu un AVC, alors que Josine le préparait pour sa journée. Il était parti pour l’hôpital, encore conscient, en lui disant : « à ce soir ». Puis il s’était enfoncé dans le coma. Sans espoir de retour. Il ne voulait pas d’acharnement. Josine a ajouté qu’il était en train de lire mes 30 bonnes raisons pour sortir de l’Europe – probablement par pure fidélité à notre amitié, car je doute que ces questions-là l’aient beaucoup passionné ces temps-ci. Il est resté un ami fidèle alors que j’étais un ami trop absent.

J’ai dit à Josine qu’elle me prévienne. Lundi, c’est la nièce de Michel qui, respectant ses volontés, m’a rappelé pour me dire qu’il était parti. Et, comme il s’était converti à l’Islam, il y a bien des années, l’inhumation devait se faire rapidement – mardi. Impossible pour moi d’annuler les cours que je donnais ce jour-là, pour aller lui dire au revoir.

Alors voilà, aujourd’hui, j’ai l’impression, amère, d’avoir raté nos derniers rendez-vous, de n’avoir pas été assez présent ces derniers temps. Pardonne-moi, Michel ! Ce texte, c’est mon baiser d’adieu et un bouquet de mots sur ta tombe pour te dire que tu as été quelqu’un d’important dans ma vie. Tu es libéré de ce corps où tu souffrais d’être emprisonné. J’espère, moi le païen, que le paradis des bons musulmans existe et que tu y es heureux.

Compte courriel piraté !

Si certains d'entre vous, chers lecteurs, recevez de ma part une demande d'aide, c'est que vous étiez dans mon carnet d'adresses courriel d'Orange.

Je ne suis pas en perdition à Athènes.

Le message à mon nom venant de l'adresse suivante : voila1498@btinternet.com, est celui d'un pirate ! N'y répondez pas, détruisez-le !

Mon compte courriel a en effet été piraté et mon carnet d'adresses aspiré et vidé, si bien que je ne peux même pas avertir mes correspondants. Je tâche de le faire à partir de mes messages archivés...

Excusez-moi par avance de la gêne occasionnée.

vendredi 17 mars 2017

"Conspiration des cellules de feu"

Dans les années 1960 le philosophe marxiste grec Nikos Poulantzas disait que la bourgeoisie grecque n'était pas fondamentalement une bourgeoisie nationale, mais une bourgeoisie compradore qui fonde ses investissements et son pouvoir sur sa position d'intermédiaire, de relais entre un étranger dominant et un peuple dominé. Je n'ai jamais été marxiste, mais je crois qu'il a fondamentalement raison et que cela explique largement ce qui se passe dans ce pays depuis 7 ans : la soumission volontaire des "élites" politiques grecques, de la droite à Syriza compris, à un pouvoir colonial euro-allemand.

Le 20 juin 1947, alors que les Américains remplaçaient les Anglais pour mener la guerre civile déclenchée en Grèce par la politique de Churchill relayée par un Papandréou, le grand-père, le Washington Post s'étonnait ainsi de "l'empressement (des élites politiques grecques) à mettre la gérance de ses affaires intérieures aux mains d’un autre pays ».

Cette situation, récurrente depuis l'indépendance, conduit en réalité le pays à une guerre civile - larvée ou ouverte - presque permanente, sauf aux moments (Trikoupis, Vénizélos, Karamanlis après 1974, Andréas Papandréou, le fils du précédent et le père du suivant... partiellement et pour faire court) où le pouvoir s'incarne dans un chef "national". Ce que Tsipras a refusé d'être à l'été 2015.

Or donc, j'ai écrit depuis plusieurs années maintenant que, dans un pays géré sur ce mode para-colonial par ses propres "élites", dans lequel c'est, sur le long terme, la violence politique qui permet de combattre leur trahison quasi-permanente, ce qui me semblait étonnant c'est que le traitement infligé par l'Euro-Allemagne depuis 7 ans n'ait pas encore provoqué une telle violence - contre les "élites" locales ou contre ceux dont elles se sont volontairement fait les agents. J'ai maintes fois écrit aussi que, vu le traitement infligé à la Grèce depuis 7 ans, il ne faudrait ni s'étonner ni se lamenter de la réapparition, un jour ou l'autre, d'une violence politique dont on aurait méthodiquement préparé le terrain à Berlin, à Bruxelles, à Washington, à Paris, à Athènes...

Arrivons-nous à ce moment-là avec les deux plis piégés adressés au para-colonisateur allemand et au FMI ? Qu'est cette "Conspiration des cellules de feu" qui a revendiqué ces envois ? Est-ce le début d'une escalade devant l'impasse politique totale patiemment construite par l'Euro-Allemagne depuis 7 ans (voir la troisième partie de mon article sur les impasses grecques, à paraître sur L'Arène nue de Coralie Delaume ce ouiquende) ? Il est encore bien trop tôt pour répondre... En tout cas, le fait que cette organisation ait baptisé son opération "Némésis" (déesse grecque de la justice vengeresse) est un indice intéressant...

Ce qui me trouble - personnellement - dans cette affaire, c'est que, il y a trois ans, en écrivant mon prochain roman - intitulé "Tigrane l'Arménien" - à paraître le 4 mai qui vient à La Différence, j'ai emmêlé une intrigue où il est question d'une autre opération baptisée "Némésis", celle des équipes de Vengeurs constituées, après la première guerre mondiale, par le Dachnak arménien pour éliminer les responsables jeunes-turcs du génocide, et une autre intrigue, contemporaine, où je parle d'un groupe appelé TINA qui, constatant que la démocratie a été réduite par l'UE à une coquille vide de sens et de contenu, recourt à des actions "illégales" (de violence symbolique dans mon livre) pour combattre cette situation...