En quittant le ministère des Affaires étrangères, hier, Kotzias annonce une décision extrêmement grave : celle d'étendre les eaux territoriales de 6 à 12 milles, en application de la Convention de Montego Bay sur le droit de la mer de 1982, entraînant des droits d'exploitation économique exclusive... sauf dans la moitié orientale de l'Egée.

Or, jusqu'ici, les gouvernements grecs n'avaient pas procédé à cette extension dans la mesure où la Grande Assemblée nationale turque a donné, le 9 juin 1995, une autorisation permanente au gouvernement de déclarer la guerre à la Grèce si celle-ci procède à cette extension.

En effet, la Turquie, exige, contre tout bon sens, et contre toute jurisprudence internationale sur les mers fermées la reconnaissance de sa souveraineté à l'est de la ligne médiane de l'Egée, hors les eaux territoriales entourant les îles grecques dans cette zone.

La Turquie refusant de recourir sur cette question à l'arbitrage de la Cour internationale de Justice de La Haye (on sait ce que serait cet arbitrage : deux ou trois "couloirs" entre les îles grecques vers le centre de l'Egée afin de compenser la surface des 12 milles que "perd" la Turquie du fait de la proximité des îles grecques), les gouvernements grecs avaient toujours reporté l'extension au lendemain d'un accord avec la Turquie. Voir ci-dessous la carte que publiait le Diplo en... 1996, au moment où les Turcs débarquèrent sur les îlots d'Imia, provoquant le crash d'un hélicoptère grec - trois morts - et engageant une escalade au cours de laquelle on frôla la guerre entre deux membres de l'OTAN - dans le silence assourdissant de "l'Europe" (hors une résolution sans portée du prétendu parlement) et jusqu'à ce que le président américain Clinton siffle la fin de la partie.

Le gouvernement Tsipras semble donc avoir changé de politique et procéderait bientôt à cette extension... sauf à l'est de la ligne médiane de l'Egée. Cette décision apparaît en réalité, si elle se confirme, absolument catastrophique ! Elle entérine en effet sur deux points essentiels la thèse turque - et ceci sans aucune négociation ni contrepartie. En procédant ainsi, le gouvernement Tsipras reconnaîtrait, de facto, que la Turquie a des droits spéciaux sur toute la moitié orientale de l'Egée, puisqu'elle étendrait ses eaux territoriales en application du droit international, sauf dans cette zone.

Elle validerait une seconde thèse de la Turquie - qui a depuis longtemps étendu ses propres eaux à 12 milles en mer Noire et en Méditerranée - selon laquelle les eaux territoriales d'un même pays peuvent avoir différentes extensions suivant les façades. De faite, la Grèce validerait une seconde fois la thèse de la Turquie en calquant son comportement sur le sien.

A tout point de vue, cette décision - dont Kotzias dit qu'elle entraînera la première extension de la souveraineté grecque depuis le rattachement du Dodécanèse en 1947 -, si elle était confirmée, consisterait, à l'inverse exact de ce qui est dit, en une véritable capitulation sur le fond devant les revendications turques en Egée.

De deux choses l'une, soit tout cela, en même temps que le paquet ARYM, a fait partie des engagements - secrets - pris par Tsipras au moment de sa capitulation de 2015, soit Kotzias commence à se venger de Tsipras, qui l'a lâché, en lui savonnant un peu plus la planche.

Une fois de plus, celui qui se pose en défenseur de l'hellénisme et en champion de l'intransigeance face aux permanentes violations par la Turquie des droits souverains de la Grèce, le ministre de la Défense Kamménos, qui a provoqué la démission de Kotzias, se retrouve en porte-à-faux. Après la couleuvre macédonienne, le boa turc...

En outre, si cette politique est mise en oeuvre, nul doute que Syriza va perdre des voix - et pas qu'un peu - dans les îles orientales qui ne peuvent, aujourd'hui, que se sentir lâchées par ce gouvernement dont on commence à se demander à quelle capitulation il n'a pas déjà souscrit. Je serais à la place des Chypriotes, je commencerais à me faire sérieusement du souci !

Sinon, sur l'ARYM et quelques autres sujets, je vous recommande encore plus chaudement que d'habitude la lecture du dernier papier de blog de mon ami Panagiotis Grigoriou (aidez-le, si vous le pouvez, il en a besoin pour continuer à nous informer... et n'oubliez pas qu'il peut vous emmener découvrir cette Thessalie profonde, et superbe, dans le cadre de Terra Incognita, qui vous permettra de découvrir uautrement une Grèce authentique. Et je ne vous recommande pas ce dernier papier parce que, une fois de plus, il me cite, mais parce que cela éclaire ce que j'ai écris moi-même sur l'ARYM, ici et ailleurs, ainsi que la crise gouvernementale dont je vous entretiens depuis plusieurs jours.

Et encore - ou surtout - parce que, comme toujours dans ses papiers, on y sent la détresse des petits, des fragiles, de ceux qui ne comptent pour rien - cette fois dans cette Thessalie qu'il aime tant, dans ces Agrafa loin de tout, parce que les ravages de l'UE, de ses agents et de ses collaborateurs locaux, de leur insatiable appétit de profits et de destruction d'un peuple, de ses paysages comme de sa culture, se font sentir jusque dans ce monde jusque-là, d'une certaine façon, préservée...